Dieu, l’entreprise, Google et moi

Dieu, l’entreprise, Google et moi

Chaque dimanche, nous présentons une chronique intitulée « Le livre et le chromebook« . A travers ce rendez-vous, vous découvrez un livre dont le point central est soit Google, soit aussi Google. Avec bien sûr une petite touche de chromebook. Comme une cerise sur le gateau à la crême chantilly. Vous allez apprécier nous en sommes sûrs.

Dieu  désigne un être ou force suprême structurant l’univers ; il s’agit selon les croyances soit d’une personne, soit d’un concept philosophique ou religieux. Principe fondateur dans les religions monothéistes, Dieu est l’être suprême, unique, transcendant, universel, créateur de toutes choses, doté d’une perfection absolue, constituant le principe de salut pour l’humanité et qui se révèle dans le déroulement de l’histoire. Comme entité philosophique, Dieu est le principe d’explication et d’unité de l’univers.

L’existence réelle d’un être suprême et les implications politiques, philosophiques, scientifiques, sociales et psychologiques qui en découlent font l’objet de nombreux débats à travers l’Histoire, les croyants monothéistes appelant à la foi, tandis qu’elle est contestée sur les terrains philosophique et religieux par les libres-penseurs, agnostiques, athées ou croyants sans Dieu.

La notion de Dieu revêt un considérable impact culturel, notamment dans la musique, la littérature, le cinéma, la peinture, et plus généralement dans les arts. La représentation de Dieu et la façon de nommer Dieu varient en fonction des époques et systèmes de croyances. (source Wikipédia)

Dieu, l’entreprise, Google et moi

L’émergence de nouveaux outils technologiques a provoqué dans le monde du travail un choc sans précédent depuis la révolution industrielle. Sur ce bouleversement qui secoue hommes et entreprises, la doctrine sociale de l’Eglise et ses textes fondateurs (Rerum novarum, Quadragesimo anno… ) ont-ils quelque chose à dire ? Managers et leaders chrétiens prennent-ils la mesure des mutations à venir ? Faut-il craindre des manières d’agir ou des modèles économiques qui bousculent nos habitudes ? Pour Thomas Jauffret, il n’y a pas à céder à de telles frilosités. Car loin d’être dépassée, la doctrine sociale de l’Eglise contient tous les éléments pour accompagner cette révolution et répondre à ces défis inédits. Mieux, les nouveaux géants de la technologie mettent en place des organisations aux ressemblances parfois étonnantes avec les principes de la doctrine sociale, comme les notions de bien commun ou de subsidiarité. Les chrétiens peuvent s’en inspirer et les « christianiser », pour éviter que ces structures ne soient sources de souffrance et de précarité, au service du seul profit. Un appel pour tous les chrétiens à se saisir de cette révolution pour apporter leur contribution à la transformation du monde, en particulier celui du travail et de l’entreprise, comme l’indique l’avant-propos de cet ouvrage.

De Thomas Jauffret, proposé au format broché au prix de 20 euros et 14 euros au format Kindle. 

Format brochéFormat Kindle

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Up Next:

L'I / O 2019 de Google est annoncée

L'I / O 2019 de Google est annoncée