Il existe dans un endroit tenu secret, un espace où seuls quelques initiés peuvent accéder. @Nicolas est la seule personne à avoir la clé de ce lieu qui est sans fenêtre. Il en connaît la position et ceux qui y viennent travailler y sont conduits les yeux bandés.  Si jusqu’à présent la rumeur faisait état de ce lieux, aujourd’hui je suis en mesure d’officialiser que le site mychromebook à un laboratoire secret. La tâche dévolue à ceux qui y travaillent est de décoder les secrets bien gardés de Google. Même si la firme de Mountain View nous cache des informations, il a été possible de décoder certaines de celles-ci. Pour commencer, nous allons nous intéresser aux flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome. 

[winamaz multiple= »B0949MCZ84″ template= »horizontal »]

La fonction d’un flag

Le flag n’est pas à proprement parler un programme comme on l’entend. Il s’agit de lignes de codes ne pouvant fonctionner qu’en étant ajoutées au code de ChromeOS ou du navigateur web Google Chrome. Inclus dans les deux outils que je viens de citer, le flag peut être activé ou désactivé par l’utilisateur. Cela concerne chronologiquement la version Canary, la version Dev et la version Bêta. Ensuite dans la version Stable de ChromeOS ou du navigateur web Google Chrome, en étant intégré dans les lignes de code, il n’y a plus la possibilité de le désactiver. 

C’est pendant les trois versions que je viens de citer, qu’il va exister. Présenté généralement à l’état d’ébauche dans la version Canary, il va dans la mesure du possible se bonifier jusqu’à la version Beta, autant dans ses fonctions que dans sa présentation. Ainsi, comme on le verra plus bas, l’un des flags présentés est encore à l’état primaire. Les fonctions sont présentes mais ne sont pas actives. 

Un temps de gestation

Mais un flag n’est pas obligatoirement poussé tout de suite par les développeurs d’une version Canary à la version Dev. Il peut se passer des semaines, voir des mois, avant qu’il progresse. De même, il peut également disparaître complètement pour réapparaître ultérieurement sous le même intitulé mais en présentant une fonction différente.

Trois versions a employer avec prudence

Un point important pour finir : qu’il s’agisse des versions Canary, Dev ou Bêta, Google propose à l’utilisateur d’utiliser ces versions sous sa propre responsabilité. Il ne pourra être reproché à la firme de Mountain l’emploi d’un quelconque flag. Si vous employez un ordinateur fonctionnant nativement sous ChromeOS, pour une société il est déconseillé d’utiliser l’une des trois versions que je viens de nommer. Nous sommes en effet en présence d’outils que je qualifierais d’instable et pouvant entraîner des pertes de données. Je peux comprendre que l’utilisateur ait envie d’utiliser les dernières fonctions. Mais parfois, afin de s’assurer du bon fonctionnement de son ordinateur, il s’agit de patienter. 

Comment activer un flag

Tous les flags que notre laboratoire secret a mis à jour, s’activent de la manière suivante : 

  • ouvrir le navigateur web Google Chrome,
  • dans l’omnibox, taper la ligne de commande suivante : chrome://flags suivi d’un appui sur la touche Enter du clavier,
  • dans la nouvelle fenêtre qui s’affiche, inscrire l’un des flags présenté ci-dessous,
  • dans le menu déroulant situé à droite du flag, sélectionner Enable,
  • cliquer sur le bouton Restart positionné en bas à droite de la fenêtre, 
  • suivre les instructions à l’écran qui s’affichent. 

Il ne reste plus ensuite qu’à utiliser le flag installé. Pour désactiver le flag, opérer de la même manière mais sélectionner Disable ou Default dans le menu déroulant. Sachez enfin, qu’en cliquant sur le bouton Reset All situé en haut de la fenêtre, tous les flags sont remis dans la position Default

Tout n’est que Material You

Avant de nous intéresser aux flags, arrêtons-nous quelques instants sur Material You. Il s’agit principalement d’un rafraîchissement visuel du langage Material Design. (voir image ci-dessous).  

Les flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome
Fenêtre type en Material Design

Présenté en 2014 par Google, Material Design emploie les mises en page qui sont basées sur une grille avec des animations, des transition réactives, ainsi qu’un rembourrage et et de la profondeur. Cela concerne dans ce dernier cas, l’éclairage et les ombres.

Matérial You a été présenté en février 2021 avec Android 12. Il est basé sur des boutons plus grands, un nombre important d’animation. Mais ce que l’on retiendra surtout c’est une régénération automatique d’un thème de couleurs autant pour les menus du système que les applications prises en charge. Se basant sur les couleurs du fond d’écran de l’ordinateur, dont la fonctionnalité à pour nom de code “monet” en interne. A travers l’emploi de Material You, chaque outil informatique (smartphone, ordinateur…) devient ainsi unique. 

Les flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome
Fenêtre type en Material You

Material You dans Chrome OS

En activant les quatre flags qui vont suivre, l’emploi de Material You se concrétise dans Chrome OS. Bien qu’étant présent dans la version Canary, nous vous conseillons de les activer dans la version DEV.

Haut de la fenêtre affichant les flags
Haut de la fenêtre affichant les flags

Pour trouver les flags que nous vous indiquons, utilisez le moteur de recherche positionné en haut de la page. 

#calendar-jelly : active les modifications pour les vues du calendrier de la barre d’état

#personalization-jelly permet l’activation des thèmes de couleurs dans l’application Fonds d’écran. (voir plus bas) Cela nécessite #jelly-colors

#jelly-colors permet l’activation de Jelly colors et donc le coloriage des boîtes de dialogue. En activant ce flag, vous aurez un rectangle rouge avec écriture noire qui s’affiche lors du passage du curseur de la souris sur les applications installées dans l’étagère. (voir animation ci-dessous)

Les menus au dessus des applications changent de couleur

#oobe-jelly permet d’activer Jelly dans l’utilisation des boîtes de dialogues. 

Une fenêtre qui se colorise

Avec le flag qui va suivre, les modifications sont plus voyantes puisque la fenêtre du menu d’état se colorise et propose de plus une architecture différente dans son organisation.

#qs-revamp active refonte de la fenêtre du menu d’état 

Nouvelle fenêtre du menu d'état
Nouvelle fenêtre du menu d’état

Comme il est constaté l’emploi des couleurs est présent, toujours en fonction du fond d’écran. De plus, le bouton Marche/Arrêt situé en bas à gauche à plusieurs fonctions.

Les différentes fonctions du bouton Marche / Arrêt
Les différentes fonctions du bouton Marche / Arrêt

Le profil va s’afficher

La transformation de la fenêtre du menu d’état va plus loin. En effet, comme l’a constaté @jluc qui officie sur le salon Discord du site mychromebook, l’avatar du profil utilisateur de la session en cours va prochainement s’afficher. En cliquant sur celui-ci, il sera à n’en pas douter possible de basculer sur un autre compte. L’intérêt étant un gain de temps mais également de pouvoir identifier dans l’instant l’utilisateur du Chromebook. 

Possibilité de sélectionner la couleur fond d’écran

Comme le propose Android 12, il va être possible de sélectionner les couleurs fond d’écran. Il suffit comme indiqué plus haut d’activer le flag suivant : 

#personalization-jelly

La nouvelle fenêtre de l'application Fonds d'écrans
La nouvelle fenêtre de l’application Fonds d’écrans

Actuellement les différents thèmes de couleurs sont identiques et non opérationnels.  Mais il est certain que dans les semaines à venir cela sera amené à changer. Cela a une incidence sur tout ce qui concerne les boutons dans le clavier virtuel mais également dans les boîtes de dialogues, comme on a pu le voir plus haut (voir l’animation).

Enfin, on remarque que l’économiseur d’écran reprend les formes d’Android 12 pour ce qui concerne les sections. 

Le Chromebook informe de manière sonore

Rien n’est plus ennuyeux pour celles et ceux employant un Chromebook de ne pas savoir si le Chromebook se charge. Pire, ne pas être informé quand la batterie est faible. Avec ce flag, l’ordinateur informe lors de l’activation de la charge mais également quand la batterie est faible.

#enable-power-sounds

Voici les sons que vous entendrez en fonction de la charge de la batterie.

Avertissement de batterie faible

Avertissement de batterie faible

Son informant d’une batterie faible

Batterie faible

Information de batterie presque pleine

Batterie presque pleine

L’interface de Google Chrome se modifie

Après avoir vu quelques flags concernant ChromeOS, intéressons-nous au navigateur web Google Chrome. Le flag que je vous propose d’activer s’adresse à tous les systèmes d’exploitation autorisant l’emploi de Google Chrome. Ainsi, dans la liste, il y a MacOS, Windows, Linux, Fushia et même Lacros.

#chrome-refresh-2023

Quand le flag n’est pas activé, l’onglet et le reste de la partie du haut du navigateur web Google Chrome sous Chrome OS ressemble à ceci 

Les flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome
Google Chrome n’utilisant pas Matérial You

Quand le flag est activé, on remarque que l’onglet actif comporte un liseret sur tout son long. De même, l’onglet inactif ainsi que le reste du haut du navigateur web Google Chrome affiche une couleur générale reprenant la couleur du fond d’écran.

Les flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome
Google Chrome avec le flag d’activé

De plus, suivant les OS, des arrondis s’affichent à la place des rectangles dans les boîtes de dialogue. 

Mais ces modifications ne s’arrêtent pas là. Comme on le constate dans la capture d’écran ci-dessous, la conjugaison des flags que je viens de vous indiquer, permettent que le navigateur web Google Chrome, comme une fenêtre comme celle des flags, qui même si elle est une fenêtre expurgée de Google Chrome, affichent une couleur générale tirée de la couleur du fond d’écran.

Fenêtre partielle de Google Chrome et de la fenêtre des flags

[winamaz single= »B08NFCKTC1″ template= »horizontal »]

Les flags, ces bouts de codes qui améliorent les fonctions de ChromeOS et Google Chrome

Je viens de faire le tour trop rapidement de quelques flags proposés actuellement. Il est certain qu’ils vont évoluer pour finalement devenir un produit abouti. Si ce type de bout de programmes vous intéresse et que vous désirez en savoir plus autant sur les possibilités qu’il offre que les prochaines nouveautés, rendez-vous sur le salon Discord du site. @jluc et @Didier, seront là pour répondre à toutes vos questions. Ils sont devenus sans que je me trompe, des pointures sur le sujet. L’un comme l’autre seront heureux de vous aider, mais également découvrir en votre compagnie d’autres flags. Questionnez-les, échangez avec eux et je suis sûr que d’ici quelques mois vous aussi vous serez à la recherche du prochain flag. 

Une prochaine fois, nous vous présenterons d’autres informations que Google ne veut pas dévoiler. A n’en pas douter, il va falloir que nous cachions encore mieux notre laboratoire secret.

Shares:
1 Comment
  • Didier
    Didier
    4 mars 2023 at 12 h 33 min

    Quel bel article et belle description ! Vraiment……..Je viens de créer cette belle formule : Pour avoir du durable, reste en stable…et pour tester sans Airbag, active les Flags !

    Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.