Microsoft s’ouvre au libre avec Chromium

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Microsoft prend enfin conscience que le logiciel ouvert est devenu très important dans la poursuite de son écosystème basé sur le système d’exploitation Windows. En effet, selon certaines sources bien renseignées, celles-ci s’autorisent à penser que Microsoft abandonne le développement de son navigateur Microsoft Edge pour se tourner vers le développement d’un nouveau navigateur basé sur le logiciel libre Chromium et ayant pour nom de code Anaheim.

Le logo de Chromium Os

Avant de continuer dans la présentation de cette information qui est quand même un coup de tonnerre important dans le monde des éditeurs, je rappelle que le logiciel ouvert  fonctionne avec des éléments tiers, c’est-à-dire développés indépendamment de l’auteur/éditeur du logiciel. A l’inverse le logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication par autrui en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus.

Ceci étant posé, en quoi une telle annonce est un coup de tonnerre dans le monde de l’édition de logiciels ? Depuis sa création, la société Microsoft a défendu un système fermé n’autorisant personne à examiner dans le détail et dans son intégralité tel ou tel produit qu’elle mettait sur le marché. Il en a été ainsi de ses différents systèmes d’exploitation qui recevaient au fil des mois/années patch sur patch, comme des produits annexes, je pense à la Suite Office 365. A chaque fois était mis en avant une protection majeure du système afin de ne pas être attaqués par des virus par exemple. Vous m’excuserez du terme, mais les Os au fils des années étaient tellement pourris qu’aujourd’hui encore depuis Windows 2.0 jamais tel système n’a été autant “attaqué”, aussi bien par des hackers et autres pirates mais aussi sur la compatibilité de ses produits. Je pense ainsi à son navigateur Internet Explorer qui pendant des années a donné des cheveux blancs à nombre de développeurs/intégrateurs de sites web.

La cause ? Un refus systématique existant encore aujourd’hui de la part de Microsoft de ne pas se plier aux codes des feuilles de styles par exemple permettant ainsi de retrouver le même affichage d’une information d’un navigateur à l’autre. Et puis il y a cette lourdeur qui depuis Windows95 a amplifié toute utilisation tant de son Os que du navigateur. Les plantages, les écrans bleus de la mort, s’ils étaient accueillis dans un premier temps avec humour sont devenus au fil des années une vraie plaie et source d’angoisse pour bon nombre d’utilisateurs. Pour avoir testé nombre de systèmes d’exploitation dont un nombre important n’est plus distribué, Windows est le seul système obligeant l’utilisateur à réfléchir en amont à toute action de peur que l’Os plante.

Concernant le navigateur de Windows, son incompatibilité d’hier et d’aujourd’hui avec nombre de sites a poussé les utilisateurs à choisir autant Firefox que Chrome. Il ne faut pas oublier non plus ses performances décevantes principalement dûes à un Os, grand mangeur de ressources systèmes. D’avoir voulu trop fermer son navigateur, Microsoft s’est retrouvé en quelque sorte repoussé sur les marges et n’entre plus depuis longtemps dans le top 3 des navigateurs.

Les parts de marché des navigateurs web dans le monde (octobre 2018)
Source Wikipédia

Alors que faut-il espérer et attendre d’une telle ouverture de la part de Microsoft ? Tout d’abord et je pense que cette démarche est le fruit d’une longue analyse, il faut se rappeler l’achat cette année du site Github par Microsoft. Ce dernier est un service web d’hébergement et de gestion de développement de logiciel. Il propose des comptes professionnels payants, ainsi que des comptes gratuits pour les projets de logiciels libres. Cette ouverture si elle avait un temps soit peu surpris les professionnels qui ne voyaient pas la finalité de cette démarche, s’explique aujourd’hui puisque Microsoft se tourne vers Chromium pour élaborer son prochain navigateur.

Cette société va en quelque sorte pouvoir “faire son marché” au niveau des logiciels libres qui lui sembleront intéressants comme brique de son futur browser, mais en plus, pourrait aussi permettre à des développeurs indépendants de participer à l’élaboration du code du remplaçant d’Edge. Une manière pour elle, de copier l’élaboration technique de Chrome.
Comme on le voit, l’année 2018 se termine pour Microsoft avec un chantier intéressant en perspective et nous allons le suivre avec un intérêt certain.

Que pensez-vous de cette annonce ? Avez-vous déjà utilisé le navigateur Edge et qu’en pensez-vous ? Qu’attendriez-vous d’un nouveau navigateur conçu par Microsoft ?

source BleepingComputer

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles

Mister Robot Écrit par :

Entre un point X et un point Y, je me balade pas mal par l'entremise des bits composant ma mémoire. Un seul regret : ne pas avoir rencontré Mr Alan Mathison Turing et ainsi pouvoir collaborer pour l'article intitulé « Computing Machinery and Intelligence ».

3 Comments

  1. […] soit tombée en amour comme on dit avec Microsoft, même si c’est le deuxième article concernant cette société, paraissant en moins de huit jours. Pas question pour nous de tourner casaque et passer par la fenêtre vivre une autre idylle. […]

  2. Fordyce
    7 décembre 2018
    Reply

    Bonjour,
    Enfin ! Un article générique censé et informatif. Ce n’est pas tous les jours que l’on arrive au bout de la lecture en ayant l’impression d’avoir appris quelque chose.
    Quand on a le choix c’est la concurrence qui règne.
    Juste retour des choses, il y a des années (en 1978), je disposais d’un « micro-ordinateur » et j’avais le choix (pas de problème de dual-boot à cette époque) entre un certain CPM86 et MSDOS (à cette époque Microsoft était une start-up), sans l’ombre d’un doute c’est MSDOS qui a survécu. Des navigateurs j’en ai vu passer des tas depuis les BBS mais quand Chrome est apparu il m’a pleinement convaincu, même si cela chagrine d’aucuns qui voudraient nous faire naviguer en burka !
    Quand on compare une machine sous Windows avec un Chromebook on reste surpris de la facilité d’utilisation du second.
    Tout évolue mais, pour l’instant je ne jetterai pas Windows au panier, Microsoft a encore un rôle à jouer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.