Microsoft va-t-il faire du Google ?

Microsoft va-t-il faire du Google ?

Ne croyez pas que la rédaction de mychromebook soit tombée en amour comme on dit avec Microsoft, même si c’est le deuxième article concernant cette société, paraissant en moins de huit jours. Pas question pour nous de tourner casaque et passer par la fenêtre vivre une autre idylle. Simplement il faut bien reconnaître à  la société de Redmond qu’elle nous surprend depuis quelques jours. Ainsi des sources bien informées s‘autorisent à penser une nouvelle fois que Microsoft prépare un Windows Lite (il se fait actuellement appeler ainsi) dans le but de contrer Chrome Os de Google.

Mais avant de continuer, intéressons-nous quelques instants à la position de Microsoft dans les années 1990 et ce qu’elle est devenue aujourd’hui.
Cette société depuis la sortie de Windows 95, a permis à des millions de personnes de s’initier à l’informatique. Bien sûr le bonheur n’était pas dans le pré, car les écrans bleus de la mort, les reboots inopinés et autres joyeusetés ont depuis égréné au fil des années les versions suivantes. Mais Microsoft a été un leader dans sa partie et nombre de sociétés ont dû se plier à ses désiratas pour ne serait-ce que grandir. Pendant tout la décennie des années 1990 et quelques années de bonus au début des années 2000, celle-ci donnait un peu le LA en ce qui concerne l’informatique de manière générale. En 2007, lors de la présentation du premier smartphone par Apple, elle n’a pas compris le tournant s’effectuant aussi bien dans la mobilité que dans la dématérialisation de l’information. Rappelons que son patron de l’époque S. Balmer avait déclaré “ Il n’y a aucune chance que l’iPhone gagne une part de marché significative. Aucune chance”.

Microsoft a loupé le train de la mobilité

source Zdnet.fr

Alors même si en parts de marché des systèmes d’exploitations sur produits fixes (Pc de bureau, ordinateur mobile), Microsoft domine à près de 90%, il n’en est pas de même concernant les systèmes d’exploitations livrés sur terminaux (smartphone, etc…). En effet, l’Os Android de Google domine complètement ce segment. (source zdnet.fr). Même si le rachat de la firme suédoise Nokia, lui a fait croire un court instant qu’elle allait revenir en tête, malgré des lancements ratés tant de Gsm que de lecteurs MP3, jamais Microsoft n’a pu s’accrocher au train de la mobilité.

source Zdnet.fr

Depuis le remplacement de S. Balmer par S. Nadella, Microsoft est semble-t-il plus réactif sur la simplification du processus d’ingénierie. Ainsi par le biais de la solution cloud Windows Azure, les revenus de la division Cloud Service sont passés de 16,6 milliards de dollars en 2011 à plus de 20 milliards de dollars en 2013. (source wikipédia)
C’est donc cette emprise de plus en plus importante sur les produits mobiles par Google, qui semble  inquiéter la direction de Microsoft. Par le rachat de Github mais aussi par une refonte complète du prochain navigateur de Microsoft à base de Chromium, une certaine anxiété transpire à travers tous ces positionnements et reformulations vers le logiciel libre.
Pourtant et nous terminerons ce rapide survol sur le positionnement actuel de Microsoft, sa valeur boursière n’a jamais été aussi forte.

Cours de l’action Microsoft du 07/01/1999 au 12/2018 (source Boursorama)

Nous avons donc une société ayant une capitalisation boursière qui n’a jamais été aussi importante et pourtant… elle se retrouve fragilisée car elle  n’a pas su prendre le tournant qui s’imposait lors de l’émergence de l’informatique mobile. A l’inverse de Google qui a très bien compris que l’informatique passe par une mobilité accrue. On le voit ainsi par exemple à travers le programme Fi ayant lieu aux Etats-Unis d’Amérique ou Google est devenu un opérateur de téléphonie.

Les impératifs pour faire du Google, pourquoi et dans quels buts ?

Microsoft ayant l’intention de proposer un Os appelé Windows Lite, voici les « petits » impératifs dont elle devra tenir compte :

  • 1 : quelque soit l’Os si léger soit-il, il faudra d’abord qu’il fonctionne correctement et de manière à ne pas planter à chaque opération qu’il effectue ; ce qui n’est pas le cas actuellement de Windows. S’il n’est pas parfait, quelque soit la valeur du produit, il aura irrémédiablement une image négative. 

  • 2 : si pendant des années Microsoft n’a pas hésité à mettre sur le marché des nouvelles versions totalement pourries et buggées et acceptées de manière naturelle par les utilisateurs, aujourd’hui la donne a changé. Le consommateur veut un produit presque fini, fonctionnel et assurant la sécurité de ses données comme celle de son outil informatique.

  • 3 :  sur quels types d’ordinateurs un tel système d’exploitation va-t-il fonctionner ? Comme actuellement, faudra-t-il avoir une voiture de courses doublée d’un tracteur pour faire fonctionner Windows version « Lite », ou n’importe quelle machine sera prête à accepter un tel Os ?

  • 4 : n’oublions pas qu’un système d’exploitation c’est des millions de lignes de codes testées, évaluées et ayant une interaction rationnelle entre elles. Tout cela ne s’écrit pas le dimanche pour être en place le lundi matin. Il y a des tests, des tests et encore des tests donnant à chaque fois des informations aux développeurs mais aussi aux constructeurs prêts à suivre l’éditeur. Il faut donc et vous l’aurez compris des années et des années de travail, de recherche, développement pour arriver à un produit presque stable. Si on le compare avec Chrome Os, voici un système évoluant chaque jour mais évalué à chaque fois. Ainsi Google n’hésite pas à rétro pédaler comme on a pu le voir dernièrement quand un bug avec le protocole de communication sans fil Wifi a été découvert, après la mise à disposition des utilisateurs d’une nouvelle version.

  • 5 : sera-t-il proposé gratuitement et avec quels outils ? Car la force de Google n’est pas le système par lui-même mais l’ensemble des produits qu’elle offre à tout un chacun de manière gratuite. Des outils informatiques cent pour cent fonctionnels et n’ayant aucune restriction dans l’usage. De mémoire, comparé aux quelques outils installé avec l’Os de Google, Microsoft fait figure si vous permettez l’image de miséreux. Elle propose bien sûr une location de services avec Office 365 et si je ne m’abuse cet ensemble d’outils n’est pas gratuit.

ChromeOs fait-il peur à Microsoft ?

Regardons maintenant de nouveau le graphique concernant les systèmes d’exploitations des terminaux mobiles livrés dans le monde et ce depuis depuis 2012. Il est indéniable que la part prise par le système Android augmente d’année en année. Cela est dû bien sûr à la place prépondérante que prennent les GSM dans notre vie de tous les jours. Tout s’effectue à travers eux, aussi bien nos déplacements que nos contacts avec notre famille ou nos relations professionnelles. Aujourd’hui il nous est proposé des Gsm ayant une puissance de calcul pour laquelle certains ordinateurs ne peuvent plus rivaliser. Cette implication du système d’exploitation Android est devenue si prenante que son monopole fait peur. Aussi bien à des institutions comme l’Union Européennes, mais aussi à Microsoft. Car malgré le cours de son action, cette société a une certaine angoisse de se voir débordée par…. ChromeOs. Il est donc certain que Microsoft va faire du Google avec Windows Lite. Microsoft ne va pas copier le modèle économique de Google, mais chercher à reproduire au plus près ce qui a fait le succès de Google dans son ingénierie logicielle et son type de distribution.

Alors Microsoft va-t-il faire du Google ? …..

Mister Robot

Que pensez-vous d’une telle information ? Est-elle selon vous crédible ? Que pensez-vous de ce revirement de la part de Microsoft ?

Source BleepingComputer

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

  1. Google regarde aussi vers une autre alternative FuschiaOS, à moins que cette dernière soit une évolution pour tous PC sous ChromeOS … Si Microsoft tente de se baser sur ChromeOS pour en faire un rival, ils risquent d’être vite dépassé quand Google sortira Fuschia
  2. ça va prendre du temps avant que Google réussisse avec Chrome OS a réussi avec Android, mais ça prouve bien en tout cas que Microsoft a très peur de Google et Chrome OS, et qu’il est pleinement conscient de son potentiel immense (en cours de réalisation, ça ne fait aucun doute)
    1. Bonjour

      Effectivement, il y a comme une sorte d’appréhension de la part de la firme de Redmont et c’est pour cela qu’elle essaye de contrer autant que faire ce peut la progression de ChromeOs, car si Google continue à pousser ChromeOs (ce qui ne fait pas de doute) il peut finir comme dans la position actuelle d’Android, c’est à dire en tête. Et puis surtout il ne faut pas oublier que ChromoseOs permet maintenant de faire fonctionner normalement aussi bien des applications Linux que Windows, sans qu’il y est de manoeuvres particulières a effectuer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Up Next:

Comment lancer applications et jeux Windows sur ChromeOS et Chromebook grâce à Shadow

Comment lancer applications et jeux Windows sur ChromeOS et Chromebook grâce à Shadow