Wave

24 août 2020 par

Assistons-nous à la chute d’Apple ?

À  moins de jouer les Robinsons Crusoé tout l’été, vous n’avez pas pu passer à côté du feuilleton qui bouleverse depuis quelques semaines le milieu de la tech. Ce mélodrame de l’été 2020 est axé autour de l’argent avec deux joueurs sortant de l’ordinaire, même si le bien être du consommateur est mis en avant. Premier duettiste avec Epic Games ne voulant plus reverser autant d’argent à Apple et donc contourner les conditions d’utilisation de l’App Store. De l’autre, la firme à la pomme qui fort de son bon droit,  réplique immédiatement en retirant le jeu Fortnite d’Epic du store et brandi une menace qui pourra avoir de très forte répercussion sur le monde de la tech. Allons-nous assister à la chute d’Apple cette année, ou le géant était-il déjà préparé à de telles représailles ? L’avenir nous le dira, mais en lisant dans les pépins de raisin et cottes de maille en tout genre, je vous propose une analyse, qui devrait j’espère vous faire réagir. 

Fortnite n’est pas qu’un jeu

En 2019, Fortnite c’est 350 millions de joueurs dans le monde. Plus qu’un jeu, Fortnite à une dimension sociale pour la grande partie de ces utilisateurs. Le Battle royale d’Epic Games, est devenu une place centrale pour les enfants. Nos chères têtes blondes se confrontent les uns aux autres, en comparant leurs meilleures parties et techniques de jeu. Plus ils jouent, plus leur niveau évolue à tel point que certains d’entre eux deviennent de véritable star de la plateforme.
Nous comparions nos baskets neuves dans les cours d’école, ils comparent leur Skill acquis lors de précédentes saisons. Une autre époque, un autre style !!

La plus grande salle de spectacles au monde

Fortnite est donc bien plus qu’un jeu, c’est une plateforme d’échange et Epic Games en joue. Pendant le confinement la société américaine a créé l’événement en offrant une série de concerts dans les différents univers virtuels, des DJ comme Deadmau5, Dillon Francis, Steve Aoki sont de la partie. Pour une nuit tous les joueurs pouvaient se réunir pour visualiser le show qui se déroulait en direct de la scène principale, sur l’île du mode Fête Royale.

Un atout marketing 

Aujourd’hui Fortnite va au-delà d’une simple aire de jeu. La plateforme est devenue une place marketing de choix pour les annonceurs, ainsi Samsung, Huawei, Nike, Disney et bien d’autres s’associent au Battle Royale, en offrant des tenus à leur effigie en échange d’une visibilité dans les nouvelles saisons. 

Bien plus fédérateur que certains sports 

Le jeu vidéo, n’a plus rien à voir avec celui des années 80. Il fédère des millions de joueurs à travers le monde, et Fortnite est clairement actuellement l’une des plus grosses références. Fortnite n’a plus rien d’un jeu il est devenu un sport ! Avec sa masse de joueurs Epic Games a propulsé son jeu dans le domaine du e-sport. Au côté de Counter Strike, League of legend, Fifa, Fortnite n’a pas à rougir. En juillet 2019, elle organisait à New York sa propre coupe du monde avec une dotation globale de 30 millions de dollars. Le show à été suivi par 2,3 millions de spectateurs sur Twitch ou YouTube.

C’est près de 40 millions de participants aux qualifications dans plus de 200 pays. Évidemment dans ce type de jeu les 100 meilleurs s’affrontent en finale pour qu’il n’y en reste qu’un. Finalement 8 joueurs ont gagné plus d’un million et le champion, Kyle « Bugha » Giersdorf âgé de seulement 16 ans, a lui, gagné 3 millions de dollars, Avec cette guelte record le jeune homme remporte plus que le vainqueur du tournoi de tennis de Wimbledon. 

Epic Games veut se défaire du dictat d’Apple

Vous l’aurez compris, Fortnite n’est pas le petit jeu confidentiel, il fait grimper la capitalisation boursière d’Epic Games à près de 17 milliards d’euros. Fort de ses atouts, la société se lance dans un combat qui pourrait sembler perdu dès le début contre Apple. Pourtant le géant du jeu vidéo n’a pas encore montré les crocs. 

En prenant à témoin ces 350 millions de joueurs, Epic Games, s’attaque à l’image de marque d’Apple et lance une copie de la vidéo qui a fait d’Apple l’entreprise cool et jeune dans les années 80 et libératrice de l’oppression .

Avec cette publicité intitulée “1984” en référence à une oeuvre de fiction bien connue, Apple s’insurgeait à l’époque contre IBM, Fortnite en fait de même avec Apple, mais avec un avantage certain, les réseaux sociaux comme soutien. D’ailleurs Epic a lancé un Hastags #freefortnites

Que réclame Epic Gamess 

Vous l’aurez compris c’est une histoire de GROS sous, très gros SOUS. Epic estime que les joueurs pourraient payer moins cher le Skill si Apple rognait sur sa marge qui est actuellement  de 30% sur tous les achats et punit dans le même temps les développeurs de jeux offrant des options de paiement direct.

La réponse démesurée d’Apple

Pour vous permettre de bien  comprendre la chronologie des événements passés,  voici en quelques dates les moments qui rythment cette confrontation épique risquant fort de marquer pour longtemps les esprits. Le 13 aout marque le début des hostilités :

  • Epic Games lance ne mise à jour de son application sur iOs qui contourne les règles d’utilisations du store, afin de ne plus payer les frais de 30 %. 
  • La réponse ne s’est pas fait attendre, Apple à tout simplement suspendu l’application.
  • Publication  de la vidéo d’Epic Games 

Évidemment Fortnite ayant en quelque sorte anticipé ce bannissement, elle riposte au niveau juridique en intentant un procès à la marque à la pomme. Apple veut en faire un exemple et menace de suspendre la totalité des comptes développeurs attribués à Epic sur l’intégralité des plateformes, iOs, Mac Os, iPadOS. Cela implique également l’accès au moteur graphique de jeu Unreal Engine.Comme on le constate, les réponses aux attaques  ne se font pas attendre de la part de ces deux “joueurs” ou la virtualité des coups à fait place à une réalité plus terre à terre, avec en toile de fond, une combat pour le profit financier. 

Unreal Engine l’un des gros moteurs graphiques dans monde du jeu vidéo

En suspendant les comptes développeurs d’Epic, Apple va également fermer l’accès à Unreal Engine. C’est des milliers de développeurs à travers le monde qui vont donc se retrouver sans leurs outils de travail. Si nous devons le rappeler, Unreal est le moteur pour des jeux comme Borderland, Little Nightmare, Life is strange …, mais également beaucoup de jeux mobiles. 

Nous sommes ici en présence de la première pierre qui pourrait coûter cher à Apple. En se mettant à dos tous les développeurs, Apple risque de les voir changer d’écosystème plutôt que de changer leur façon de coder. 

Il est plus simple de changer d’OS que de tout réencoder son jeu

Pour une répartition des gains plus justes

Epic Games milite pour un changement des règles d’imposition pour tous les développeurs d’applications de la part d’Apple. Elle reproche à la firme à la pomme d’imposer des restrictions déraisonnables et illégales pour monopoliser les deux marchés. N’hésitant pas à amplifier le monopole d’Apple et de qualifier la commission de 30 % de “taxe tyrannique”.

Aujourd’hui pour Apple, il n’y a aucune différence entre les applications. Elle précise même que toute entreprise qui vend du numérique sur l’App Store est imposé à 30 %, cela justifierait à lui seul de continuer à taxer. C’est ce qu’on appelle une société de service !!

De son côté, ce que souhaite Epic est une concurrence loyale. Il est rejoint par Spotify qui avait intenté un procès contre Apple 2019 pour les mêmes raisons.

Le cloud Gaming persona non grata sur l’App Store

Si en 2019 Apple n’avait pas plié, cela pourrait être différent aujourd’hui. Les restrictions se font de plus en plus dur sur l’iOs et de nombreuses entreprises se font bannir avant même d’arriver sur le Store. Pour ne citer que les plus connus, nous avons eu Google avec Stadia, Microsoft avec Xcloub, Facebook avec Facebook Gaming. Ces sociétés sont interdites d’utiliser cet espace pour promouvoir leurs applications. Il semblerait que les jeux proposés par ces différentes plateformes ne peuvent pas être vérifiés et Apple ne veut pas prendre de risque pour ses utilisateurs. 

Autre pomme de discorde avec les pépins de “l‘article 3.1.2(a) qui stipule ainsi que les jeux proposés au travers d’un abonnement doivent être la propriété du développeur (ils ne doivent pas faire partie d’une plateforme d’édition de jeux)”. Cela signifie simplement que Microsoft doit posséder les droits sur tous les jeux proposés via xCloud

Donc pour résumé, Apple se met à dos les sociétés Microsoft, Google, Facebook, Spotify, Epic, mais d’autres vont rejoindre les rangs pour alourdir les charges contre la firme de Cupertino. Et ne croyez pas que le panier des contestataires soit plein, bien au contraire. Ils sont de plus en plus nombreux à reprocher à Apple sa politique de gestion et vente des applications. 

Deuxième coup porté à Apple, et cela directement sur le sol américain !! 

2 000 Milliards ou 1 900 Milliards change-t-il réellement la donne ? 

Dans le même temps, Apple devient la société la plus côtée au monde, et vient de passer la barre symbolique de 2 000 milliards de dollars pour ce qui concerne sa valorisation boursière. C’est ici que cela coince pour ceux qui sont taxés par la firme de Cupertino. 

“Pourquoi une entreprise à-t-elle besoin d’une valorisation aussi haute ?” 

Avec une valeur aussi élevée, nous pourrions être en droit de penser qu’Apple à la capacité financière de revoir ses taux d’imposition à la baisse. Imaginons qu’elle baisse de 10, 15 ou encore 20 % la taxe aux développeurs qui rapporte déjà des milliards, comme Epic ou Spotify. Est-ce que la valorisation d’une entreprise à 1000 milliards n’est pas déjà le signe d’une très bonne santé financière ? Si les développeurs sont moins taxés, ils pourront embaucher plus pour faire de meilleurs jeux et même en faire plus ?

Apple a-t-il perdu son modjo ?

Le géant de Cupertino est reconnu comme la marque ayant libéré les utilisateurs des vieux systèmes comme celui d’IBM et consoeurs. Avec son iPhone, Steve Jobs à révolutionné les usages des mobiles, mais le génie de l’époque était plus intéressé par le store d’application que les appareils qui les supportait. A ce sujet, je voudrais rappeler que l’espace Apple Store n’est pas le premier du genre, mais que les utilisateurs de l’Os Linux avaient déjà depuis bien longtemps ce type de magasin.

Depuis l’iPhone 1  ou Edge, Apple a changé la forme de l’appareil, ajouté des fonctionnalités comme FaceTime, mais l’innovation, ce que l’on appelle l’effet Wahou a quitté depuis quelques années l’entreprise. Nous le retrouvons aujourd’hui dans les produits Samsung avec les Galaxy Fold ou Z flip, Chez Xiaomi avec un appareil photo sous l’écran.

Aujourd’hui 85 % des jeunes états-uniens ne jurent que par un iPhone, mais pour autant beaucoup jugent iOs comme un environnement trop fermé et ils commencent à se tourner vers d’autres sociétés comme Huawei qui prend la place de leader mondiale. Le conflit tel que je viens de vous décrire et dans l’état ou il est actuellement ne devrait pas inciter les consommateurs Us à revenir dans le giron d’Apple. Bien au contraire ! 

La guerre USA / Chine donne un coup derrière la tête à Apple

Si cela ne suffisait pas, la firme de Cupertino n’a pas qu’un seul front à gérer en ce moment, et fait les frais de la guerre initiée par Donald Trump contre la Chine. Ce n’est un secret pour personne et nous pouvons affirmer que le gouvernement chinois  à la main mise sur toutes les entreprises de son territoire ayant une relation de près ou de loin avec celles de l’Occident. C’est pour cette raison que l’administration Trump interdit Google, Apple et les autres structures américaines de travailler avec des sociétés chinoises, que ce soit au niveau matériel ou logiciel. TikTok et WeChat seront donc bannis des iPhones, mais cela pose un véritable problème à Apple. 

En effet, WeChat est l’application de dialogue la plus populaire en Chine, et le marché chinois n’est pas à négliger. Ainsi depuis 2009, date de mise en vente des produits pommé , il a vendu 200 millions d’appareils made in Apple. Selon le sondage de Weibo, où près 1,2 million de personnes ont répondu, les utilisateurs de WeChat sont 95 % à préférer se passer d’Apple plutôt que de leurs applications de messagerie préférée. Pour rappel, la République Populaire de Chine (RPC) se compose au dernier recensement de 2018 de 1,393 milliard d’habitants. Sur ce nombre en 2018, l’application sociale, compte plus d’un milliard de comptes dans le monde. 

Voici un 3e problème pour Apple …  

La Chine a de nombreuses ressources et les affiche

Quand on aborde le volet technologie, la Chine tient une place importante au niveau mondial. Si a une époque, elle a été le pays de la contrefaçon, il est aujourd’hui le symbole d’une très belle réussite, il suffit de voir les entreprises tenant une place importante  au niveau mondial :

  1. Huawei surpasse le géant américain Apple dans les ventes mondiales
  2. Huawei est leader sur la technologie 5G
  3. Alibaba rivalise avec Amazon
  4. Tencent concurrence dans le chat, le gaming avec toutes les entreprises américaines.

La Chine compte désormais plus de poids lourds dans le Global 500 que les États-Unis, qui en ont 121. Le congloméra BATX , comprenez Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi est presque aussi puissants que les GAFAM.

Preuve de son indéniable emprise sur la technologie, la RPC oblige Apple à retirer 47 000 applications de l’App Store chinois.  Nouveau un coup dur pour Apple et ce n’est pas finit.

Google et Apple sur le même bateau 

La firme fondée par Steve Jobs est effectivement au centre de toutes les attentions en ce moment, mais elle n’est pas la seule. En effet, Google n’est pas en reste. Le magasin d’application du géant de la recherche en ligne pratique également la taxe des 30 % sur les Achat in Apps. 

Comme pour iOs, Fortnite a également été mis à jour sur Android pour contourner cet impôt et, évidemment, Google a banni le Battle Royal de son store. 

Bien que sur Android il soit possible d’utiliser un magasin d’applications alternatif, ou même l’installation directe de fichier APK, Epic Games traîne également Google devant les tribunaux. 

Les constructeurs chinois sans Android 

Google a aussi des soucis à se faire avec la bataille Trump / Chine et en fait déjà les frais. Ainsi, avec l’interdiction de travailler avec Huawei, Google perd le plus gros vendeur de mobiles Android, et de ce fait une présence forte sur le marché des smartphones. 

De plus, depuis le 18 aout, Huawei ne possède plus de licence de mise à jour d’Android, et à l’interdiction d’utiliser les applications Google. Vous ne retrouverez plus directement sur le constructeur chinois, Gmail, Google Drive, Maps … et le play store. Un manque à gagner important pour Google. 

La reculade d’Apple face à WP

Signe de la fébrilité qui agite selon moi Apple, intéressons-nous un court instant à l’épisode qui a eu lieu avec Word Press (WP).
Tout d’abord pour situer le produit, WP est est logiciel permettant de créer, éditer, mais aussi modifier des sites web. Le site sur lequel vous lisez cet article est ainsi propulsé par ce logiciel édité par la société Automattic. Gratuit, il est possible de modifier la structure graphique des pages soit avec des thèmes gratuit ou payant. La gestion du site, s’effectue soit par le biais d’une page web ou d’une application iOs ou Android. 

Nous sommes le 21 août 2020, une série de tweets publiés par Matt Mullenweg, fondateur de Word Press, met en cause Apple, qui selon lui bloque toutes mises à jour de l’application. 

(Attention aux raisons pour lesquelles les mises à jour @WordPressiOS ont été absentes … nous avons été verrouillés par l’App Store. Pour pouvoir à nouveau expédier des mises à jour et des corrections de bogues, nous avons dû nous engager à prendre en charge les achats intégrés pour les plans .com. Je sais pourquoi c’est problématique, ouvert aux suggestions. Autoriser les autres IAP? Nouveau nom?)

En clair, Apple demande à cette application gratuite, d’ajouter la possibilité de faire des achats, permettant ainsi de prélever sa commission de 30%. Or petit souci, cette application ne vend rien, même pas la queue d’un radis. Petit mélange des pinceaux ou simplement un emballement du moteur de la direction d’Apple provoquant une surchauffe, toujours est-il que le 23 août, soit deux jours plus tard, elle publie un communiqué ou excuses et mauvaise interprétation de la gratuité d’une application laisse penser qu’il n’y a pas que les stagiaires qui pourraient dans un temps très proche rendre leurs badges d’accès, comme leurs place de parking.

Assistons-nous à la chute d’Apple et des géants de la tech ? 

Apple n’est pas en position dominante sur le marché des smartphones, mais l’est sur sa propre plateforme, ce qui lui permet de bloquer toutes solutions d’installation d’application en dehors de son Store. Elle est aussi en position de force face aux développeurs se pliant à  ses conditions. Elle peut très bien dire  “L’app Store tu l’aimes ou tu le quittes” car sa puissance est telle que personne ne peut aujourd’hui se passer de cet espace de vente. 

Pour autant, être sur l’App Store garanti une très belle visibilité dans le magasin le plus rentable actuellement. Sans lui est-ce que Fortnite, Candy Crush, Angry Bird auraient été de si belle réussite ? Existerait-il autant de développeurs indépendants sans cet espace de vente ? Sûrement pas ! Et puis, n’oublions pas que grâce aux conditions imposées, les développeurs et éditeurs, ont dû proposer des jeux au graphisme léché, qui n’aurait peut-être pas existé sans…. Unreal Engine d’Epec Games, tout simplement. 

Comme on le constate Apple et Google abusent de leur position dominante. Mais finalement, ils sont chez eux, autant sur iOs que sur Android. Alors n’ont-ils pas le droit de faire ce qu’ils veulent ? Pourtant s’ils venaient à baisser de quelques points d’indices leurs commissions, n’y aurait-il pas plus de meilleurs jeux, les développeurs pouvant ainsi investir plus dans leurs équipes ?  

Bref de là à dire qu’Apple va faire faillite, clairement non, il est même évident que la société à la Pomme est en route pour les 3 000 milliards de valorisations boursières. Néanmoins, l’année 2020 laissera des traces en écornant un peu, l’univers doré des géants de la tech.

Que pensez-vous de ces remous au sein des GAFAM ? Donnez-moi votre avis, dans la suite de cet article à travers vos commentaires.  

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Soutenir MyChromebook.fr

Chrome Os cache bien des secrets ! L’équipe de mychromebook.fr vous propose des guides d’aide au démarrage et à la manipulation de ce système d’exploitation.

Acheter nos guides

Le CKB SHOW est soutenu par ses auditeurs. Débloquez des avantages et rémunérez L’équipe de Mychromebook pour son travail avec Patreon !

Devenez VIP Tipeee

Découvrez notre podcast

Le CKB Show c'est le podcast qui parle de Chrome OS, de Chromebook et de tout l'univers de Google

2 commentaire(s) au sujet de "Assistons-nous à la chute d’Apple ?"

  1. L’ attitude et le positionnement d’Epic Games révèlent le contrôle total (privation de la liberté) que possède les GAFAM sur les petits. (que ce soit des sociétés qui utilisent leurs services ou nous, consommateurs)
    En revanche, je ne vois pas les GAFAM disparaître, du moins pas immédiatement. Elles ont réussi à se rendre indispensables pour beaucoup de personnes. Là où c’est ironique, c’est qu’elles y sont parvenues en vendant des produits qui ne sont pas indispensables.
    Si la populace comprend qu’ils représentent un monopole dangereux, ils vont devoir s’adapter sinon ils risquent bien de disparaître. Ces sociétés détiennent tellement de choses…
    Apple c’est pour rappel : des jeux vidéos, des films, des séries, des news, de la musique et bientôt une app de fitness (important le fitness made in apple hein). ah et ils vendent aussi des mac et des iphones c’est vrai.
    Et les 4 autres possèdent de lourdes casseroles complémentaires à Apple aussi.
    5 sociétés (qui travaillent comme un état) imposent leur vision du monde ultra capitaliste et surtout une pensée unique. (l’art et la culture ça ne se controle pas bon dieu !)
    Voilà, je m’arrête ici, j’ai encore beaucoup à dire mais bon… Je précise que c’est mon avis et que chacun est libre de posséder le sien.
    Une bonne journée à tous.
    Ps : le vainqueur de Wimbledon gagne beaucoup plus hein.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: