Elles sont nombreuses les personnes qui, lorsque j’annonce que j’écris des articles sur l’emploi des Chromebook comme des produits Google, ont une réaction que je qualifierais d’incompréhension. Pensez-donc, écrire sur les produits de la firme de Mountain View, c’est promotionner le “vole” des données que l’on est amené à laisser lors de l’emploi de ses outils. C’est accepter aussi qu’elle utilise ces mêmes données pour proposer tel ou tel produit de consommation. Enfin, c’est reconnaître qu’elle s’enrichit sur le dos de l’utilisateur. Mais, est-il possible de préserver sa vie privée sur Internet ?

[winamaz single= »B0B6J57JXF » template= »horizontal »]

Un certain usage

Cette question ne peut avoir qu’une seule réponse : il n’est pas possible de préserver sa vie privée sur Internet. Et cela, pour une raison simple et évidente : à un moment donné quel que soit l’usage que vous en faites et comment vous utilisez cet outil, vous allez être amené à laisser des traces. C’est celles que l’on appelle des données. Je vous rassure tout de suite, il ne s’agit nullement de votre nom, de votre âge et encore moins de votre adresse électronique ou postale.

Non, vous allez donner, oui donner une information qui pourra être ne serait-ce que la consultation d’un texte sur un site. Vous aller ainsi communiquer le titre de l’article, son URL, mais également le jour et la date ou vous l’avez parcouru et combien de temps, vous allez le consulter. En indiquant en plus, de quelle URL vous venez. Tout cela par la simple lecture d’un texte. Pour ensuite passer à un autre site, pour un autre texte. Cela aura suffit pour donner une information. Engranger l’une après l’autre elle vont pouvoir donner une synthèse de la personne.

Une certaine intelligence

On parle depuis quelques semaines, d’une Intelligence Artificielle capable d’écrire des articles, d’élaborer des lignes de codes, comme de créer une œuvre artistique. On lui donne toutes les capacités comme de pouvoir demain remplacer la réflexion humaine. Il existe aussi un autre versant que beaucoup ne voient pas et qui existe déjà. Il s’agit de l’analyse de personnalité à partir des données de navigation. En effet, vous serez d’accord avec moi pour dire qu’un adolescent de 15 ans n’aura pas la même lecture ou tout du moins n’ira pas sur les mêmes sites qu’une personne âgé d’une quarantaine d’années. Il n’écoutera pas la même musique, comme il n’aura pas les mêmes discussions sur les réseaux sociaux. Lors de ces échanges les mots employés comme l’écriture qu’il en aura ne sera pas la même que la personne plus âgée. 

Toutes ces différences, et je n’ai pas dressé ici une liste complète, font que l’outil, car il s’agit bien de cela, va pouvoir différencier l’adolescent de l’adulte. Mieux, comprendre s’il s’agit d’un homme ou d’une femme, ses tendances sexuelles, mais également savoir si demain, il pourra avoir des envies de chocolat comme de vouloir partir au bout du monde. Car, cet outil que l’on appelle Intelligence Artificielle, peut déjà distinguer toutes ces différences, et les classifier. Une classification entraînant par là une numérotation, oui le mot est peut être fort, oui une numérotation de l’individu. A partir du moment ou justement, il a été sur Internet. 

Un identifiant unique

Cette identification unique, par le biais des données que nous laissons en allant lire, ne serait-ce qu’un article sur un site web, se fait par le biais de l‘Intelligence Artificielle. Mais, il n’y a pas que dans ces espaces ou nous laissons des informations. Vous voulez employer un outil de réseau social et bien vous serez numéroté. Logiquement, vous allez communiquer lors de l’inscription votre nom, votre prénom, votre date de naissance, ainsi que d’autres données. L’outil est gratuit et vous allez pouvoir communiquer avec vos ami(e)s, votre famille et d’autres personnes. Ne venez-vous pas de communiquer des informations sur vous-mêmes que vous ne voulez pas habituellement présenter ? Pourquoi vous avez accepté pour cet outil social et que vous allez refuser de les communiquer pour Google ? Où est la différence ? Le but n’est-il pas le même ?  

Il n’est plus possible

Quel que soit le système d’exploitation, le navigateur web et même en utilisant un VPN, il est impossible de ne pas laisser des traces de son passage. Un autre exemple : je parlais à l’instant de la lecture d’articles sur les sites web. Justement, il est très fréquent de trouver des logos d’outils sociaux sur les pages contenant par exemple un article. Cela donne la possibilité de le partager dans l’instant avec la ou les personnes de son choix suivant ou il est posté. Ces icônes vont enregistrer à notre insu, ce que nous lisons, sur quel site nous étions auparavant. Sans avoir de compte pour l’un de ces médias sociaux, je vais être catégorisé. Je vais être numéroté. 

Est-il possible de préserver sa vie privée sur Internet ? 
Exemple d’icônes de médias sociaux

J’entend déjà, certains me dire qu’il suffit d’employer l’OS Linux, le navigateur web TOR ainsi qu’un VPN pour être protégé. Mais attendez, n’utilisent-ils pas de logiciel de courriers électroniques ce qui suppose une adresse électronique ? N’échangent-ils pas sur les réseaux sociaux, donnant des informations par le biais de la manière d’écrire et des centres d’intérêts ? Enfin, même en utilisant le navigateur TOR, ne sont-ils pas amené à lire des articles, donnant ainsi par là-même des informations sur eux-mêmes ? 

[winamaz single= »B08SJZ5WTF » template= »horizontal »]

Est-il possible de préserver sa vie privée sur Internet ? 

Jusqu’à présent, dans les pays démocratiques, il est possible de penser que les données que nous laissons, n’ont pas été utilisées contre nous-même par un Etat. Mais jusqu’à quand ? Pour combien de temps encore, sommes-nous assurés qu’elles ne nous desservirons pas demain ? Car le basculement d’un pays d’un système démocratique vers un système totalitaire, est de plus en plus prenant. Nous l’avons vu il y a deux ans, ou le basculement des USA vers une dictature par le biais d’un coup d’État a été à deux doigts de réussir. En Europe, un positionnement vers moins de liberté et plus de présence de l’Etat s’installe peu à peu. Les raisons sont multiples, je laisse aux politiques leurs responsabilités d’un tel basculement

Un basculement vers le secteur privé

Plus grave encore est la prise de contrôle de notre identité par le secteur privé. Un accès à l’identité de chaque utilisateur de l’Internet par le secteur privé, est un renversement important. En effet, jusqu’à l’avènement de l’Internet, seuls les États pouvaient connaître certaines données des habitants d’un pays. Cela concernait principalement son identité plus des informations effectuées lors d’éventuelles surveillances. Les entreprises étaient de manière générale en dehors de la collecte de ces informations.

Aujourd’hui, tout ce qui n’était pas connu par les services de Police, particulièrement la personnalité dans l’instant de la personne est identifié par le secteur privé. De manière plus fine et presque en direct. Celle qui va permettre par exemple de mieux comprendre un cheminement vers une éventuelle radicalisation ou un changement total de vie. Internet est donc devenu une porte d’entrée en direct sur la vie privée de chacun de nous. Il n’est plus possible d’avoir un jardin secret, chacun des instants dans l’emploi de l’Internet peut être analysé, déconstruit. On peut sans extrapoler, par l’analyse de nos lectures, de nos échanges via l’Internet, voir évoluer l’humeur, minutes par minutes. Egalement les changements d’envies, de besoins. Bref tout ce qui fait une personne va se construire ou se déconstruire, dans l’heure, dans la journée.

On peut penser que les états ont su établir des passerelles avec le secteur privé pour récupérer les données collectées. Si ce n’est pas le cas, cela montrerait à quel point les Etats se sont désengagés de la politique dans la gestion saine des habitants. D’où la poussée des extrêmes. 

Shares:

1 Comment

  • Didier
    Didier
    3 janvier 2023 at 18 h 24 min

    Effectivement, même en utilisant un autre navigateur comme Firefox, censé être le plus sécurisant, tout est tracé, enregistré et ce par l’adresse IP V4, V6 ..

    La distribution Linux TAILS semblerait protéger assez bien contre la surveillance et la censure, par le biais d’une clé USB Live, pas d’installation sur disque dur, c’est le mode amnésique, aucune trace sur le PC après utilisation exclusivement sous Windows, Mac ou Linux…..

    Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.