Le marché du Cloud Gaming se resserre

Technologie du futur ou non, le cloud gaming fait débat, et vois de nombreux rebondissements des différents acteurs à s’y engouffrer. L’étau se resserre petit à petit et l’on voit un peu le paysage se dessiner au loin. Sans réelle certitude de ce que l’avenir nous réserve, on tente tout de même de vous dresser un état de la situation dans une période ou le marché du Cloud Gaming se resserre.

Les précurseurs

Shadow

Bien avant avoir entendu parler de Stadia, je découvrais un peu par hasard à la Gamecom 2018 les petits français de Shadow. Proposant une offre de PC dématérialisé permettant de jouer à ses jeux PC (Steam en particulier) sur de nombreux appareils. Du vieux Windows, au Mac, en passant par la tablette, ou leur propre boitier, la démo était plutôt convaincante et le tarif attractif. Le service ne reste cependant qu’un PC distant, permettant ainsi de pouvoir utiliser Shadow pour travailler (montage vidéo, organisation collaborative, etc) mais conservant les défauts du jeu sur PC (installer ses jeux, mettre à jour Steam tous les 4 matins, etc).
À l’heure ou j’écris ces lignes, Shadow a fait un pas en arrière, et propose une offre plus restreinte que prévu initialement. Officiellement en pleine restructuration, les plus sceptiques les disent morts, mais ils ont très certainement encore un coup à jouer.

Stadia

Annoncé en grande pompe l’année dernière et lancé en Novembre, Stadia se consacre exclusivement au jeu vidéo. Disposant de son propre catalogue (dont une petite partie exclusive), le service se veut ultra simple et connecté, à l’image de Google finalement. Si le lancement était une grosse bêta déguisée, les fonctionnalités sont apparues une à une assez rapidement et le catalogue continue de grossir à vitesse grand V, proposant un service efficace et diversifié à présent.

Nvidia geforce now

Arrivé par surprise sur le marché, Nvidia propose un service de cloud gaming permettant de jouer à vos jeux Steam à distance. Les joueurs PC pouvant ainsi profiter de leurs nombreux jeux précédemment achetés sur la plateforme de Valve. L’offre gratuite permettant jusqu’à 1h de session de jeu sera même suffisante pour de nombreux joueurs qui n’utiliseront le service qu’à la pause de leur travail.

Malheureusement la surprise était tellement grande que Nvidia avait oublié de prévenir les éditeurs. Certains n’ont visiblement pas apprécié et ont rapidement fait retirer leurs jeux du service, réduisant tout d’un coup l’intérêt du Nvidia Geforce now. Ajoutez à cela un processus d’inscription assez laborieux (personnellement j’ai laissé tomber en cours de route) et voilà le soufflet qui retombe.

L’ogre Microsoft arrive

Les précurseurs venaient de milieux différents : société indépendante, géant du web, constructeur de matériel, mais aucun d’eux n’était vraiment originaire de l’industrie du jeu vidéo. Microsoft, armé de son GamePass qui fait des ravages, se lance dans la course et va sans doute changer les règles du jeu.

Pour ceux qui l’ignorent, le GamePass Ultimate est une offre actuelle de Microsoft permettant un accès illimité à un catalogue de 100 jeux sur Xbox One + un catalogue de 100 jeux sur PC (dont certains en commun avec la Xbox) + un abonnement Live permettant de jouer en ligne sur console, le tout pour 12,99€/mois. Il faut cependant encore installé et désinstaller les jeux parfois volumineux (sur une vieille Xbox One de 500Go amusez-vous) mais l’offre est déjà très efficace et attractive. Certains jeux sont d’ailleurs disponibles sur le service dès le premier jour de leur sortie qu’il s’agisse de jeux issus de studios appartenant à Microsoft (Ori and the Will of the Wisps) ou d’éditeurs externes (Streets of Rage 4).

À partir du mois de septembre, l’offre se verra augmentée du projet X-cloud, permettant de streamer à distance un autre catalogue de 100 jeux, qui aura bien sûr des points commun avec les 2 autres, mais permettra une offre complète, sans pour autant augmenter le tarif. Un concurrent de poids face à Stadia, qui ne dispose pas de l’historique de Microsoft, que ce soit en volume de jeux ou en expérience de l’industrie. La bataille semble déjà avoir commencé puisque Stadia proposait un accès gratuit à Borderlands 3 ce week-end, tandis que vendredi soir une notification de mon application GamePass m’annonçait que Microsoft proposait Call of Duty en accès gratuit ce week-end en plus de Borderlands 3. Une concurrence qui risque donc d’être à l’avantage des joueurs.

Le blocage d’Apple

La news de la semaine c’est surtout Apple qui annonce rejeter les applications Stadia et X-cloud sur IOS, prétextant que ces services ne permettent pas à Apple de contrôler la qualité des jeux qui seront proposés à ses utilisateurs. Bien que cela soit techniquement vrai, ces nouveaux services risquent surtout de devenir de sérieux concurrent à l’offre Apple Arcade proposée par le constructeur. En effet s’il est aujourd’hui possible d’accéder à une centaine de jeux sur ses appareils Apple pour 4,99€/mois, l’offre ferait pale figure à côté des catalogues de Stadia et Microsoft, ne nécessitant de plus pas d’installation. Et qui dit pas d’installation, dit pas besoin d’acheter un iPhone avec une mémoire interne gigantesque pour un second rein.

Une stratégie assez étrange de la part d’Apple qui est de plus relativement peu facile à contacter pour postuler au service, tandis que Stadia propose un beau suivi aux studios qui souhaitent proposer leur jeu au catalogue. Ce qui devrait à long terme, creuser encore plus l’écart quant à la qualité des catalogues.

Trop d’abonnements, tue l’abonnement

À l’instar des plateformes de SVOD, la multiplication des offres finira par poser problème au consommateur. Si chacun des services est assez abordable et intéressant, on imagine mal un seul consommateur adhérer à chaque offre payante (bien que la plupart proposent des offres gratuites limitées). Avec le temps le marché devrait se décanter jusqu’à atteindre un certain équilibre.

ServicePrix minimum
Shadow12,99€
Stadia Pro9,99€
Nvdia Geforce now5,49€
GamePass Ultimate12,99€
Total41,46€

Et vous, quelles solutions de cloud gaming avez-vous (ou allez-vous) adopter ? Dîtes-le-nous en commentaires.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :