Les yeux d’Oedipe (inutiles, sauvés) : Quand le google, face au monde, saura voir et nommer

Chaque dimanche, nous présentons une chronique intitulée « Le livre et le chromebook« . A travers ce rendez-vous, vous découvrez un livre dont le point central est soit Google, soit aussi Google. Avec bien sûr une petite touche de chromebook. Comme une cerise sur le gateau à la crême chantilly. Vous allez apprécier nous en sommes sûrs

Œdipe (en grec ancien Οἰδίπους / Oidípous, « pieds enflés ») est un héros de la mythologie grecque. Il fait partie de la dynastie des Labdacides, les rois légendaires de la ville de Thèbes. Fils de Laïos et de Jocaste, Œdipe est principalement connu pour avoir résolu l’énigme du sphinx et pour s’être rendu involontairement coupable de parricide et d’inceste. Sa légende a beaucoup inspiré les arts pendant et après l’Antiquité, sa postérité ayant été très influencée par les visions du mythe que donnent les tragédies grecques. À l’époque contemporaine, la figure d’Œdipe a également été utilisée pour illustrer le complexe dit d’Œdipe en psychanalyse. (source Wikipédia)

Ce petit livre réfléchit aux conséquences qu’aura sur la Vision, sur le Regard, le couplage de nos ordinateurs sur les images du google (monde copié). Il dit que vont s’inverser les rapports entre expérience et connaissance ― celle-ci allant se mettre à précéder celle-là… Il prend le regard à son premier commencement : Perceval yeux fixés sur les trois gouttes de sang laissées sur la neige par l’oie blessée. Puis il dit que le problème de la reconnaissance, au sens où Aristote l’étudie dans la Poétique, va se trouver comme dissout. Que, partant, tragédies et comédies seront comme dissoutes… et qu’Oedipe, en sacrifiant sa vision, pourra sauver ses yeux… Il dit que ce sera la fin de la tragédie, la fin de l’expérience. Et qu’Oedipe sauvera ses yeux. Mais il n’est pas impossible de lire aussi ce livre, à l’envers, comme un éloge de la Vision ― un éloge de ce qu’est voir ―, et qui serait alors tout ensemble éloge de l’expérience et éloge de la tragédie ― éloge de la violence de la perception. Ce petit livre, alors, serait écrit comme pour Lucie de Syracuse, sainte violentée, aimée de Dante, et protectrice de la Vue. Tandis que la quasi-totalité des articles et études portant sur le google s’en tient à la question des mondes virtuels, des mondes parallèles et des effets de déréalisation à venir, ce livre au contraire pose la question des conséquences du google à même l’expérience la plus simple et la plus quotidienne ― au plus réel et au plus bas : dans une phénoménologie de la perception, comme l’indique l’avant-propos de cet ouvrage.

Les yeux d’Oedipe (inutiles, sauvés) : Quand le google, face au monde, saura voir et nommer

De Frédéric Metz, proposé au format broché au prix de 3,50 euros.

Format broché

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.