[ Stadia ] Test de Just Shapes & Beats

Fraichement offert aux abonnés Stadia Pro, Just Shapes & Beats n’est pas une exclusivité Stadia et avait déjà fait ses preuves sur d’autres consoles. Mais tout le monde ne passant pas son temps à changer de support, je vous livre ici ma petite expérience de ce jeu d’arcade rythmique.

La patate du matin

Me levant assez paisiblement, je me dirige vers mon écran et lance Stadia le temps de me faire couler un café. Il faut savoir que je suis un bon vieux moteur diesel et que si je suis efficace la nuit (demandez à Nico à quelle heure je lui envoie mes articles), je suis en revanche très, très long au démarrage. Le café du matin m’est donc indispensable et une partie de Just Shapes & Beats s’avère être un excellent complément pour éveiller mon cerveau, dont tous les fils ne sont pas encore branchés. Ma tasse n’a pas terminé de se remplir que Stadia est déjà prêt, il ne me reste qu’à prendre ma manette et démarrer le jeu.

Le concept de Just Shapes & Beats est aussi épuré que ses graphismes. Le joueur contrôle un petit carré bleu pouvant se déplacer dans toutes les directions, tout comme un vaisseau de shoot’em up, à la différence que votre “personnage” ne pourra pas tirer de projectile. La seule action possible en dehors du déplacement est un dash qui permettra au “héros” de passer à travers les obstacles et les projectiles. Tout le concept du jeu repose d’ailleurs sur cette seule mécanique, survivre jusqu’à la fin de la chanson.

Chaque niveau débute ainsi par votre carré bleu sur fond noir, et lorsque la musique commence, les différents obstacles et projectiles à éviter apparaissent de couleur rose à l’écran, au rythme du son. La plupart des pistes sonores utilisées étant (très) dynamiques, vous allez bien vite éveillé votre cerveau, même si celui-ci est aussi endormi que le mien au matin.

Des bip bip et des tut tut

La sélection musicale de Just Shapes & Beats est à base de chiptune. De la musique électronique créée à partir des puces de nos consoles favorites, un peu comme si votre Gameboy était capable de cracher un son fou de boite de nuit. Un genre musical que l’on pourrait imaginer réservé à une élite de vieux geeks barbus mais qui a su conquérir un public plus large par ses sonorités électros, en se rapprochant parfois du dubstep. Certains diraient de la musique qui fait ouns ouns.

Chaque objet, projectile ou vague à éviter apparait donc au rythme de chacun de ces bips et ces tuts. Si vous avez tout comme moi le sens du rythme d’une chaise en paille, vous pouvez anticiper les attaques en vous basant sur le visuel. Les projectiles arrivent à vitesse assez raisonnable pour les anticiper, et les différentes vagues recouvrant une zone de l’écran sont annoncés via une légère ombre fantomatique avant leur apparition. Éviter de jouer dans une pièce trop ensoleillée si vous voulez pouvoir correctement apercevoir celle-ci.

Un scénario et des boss

Just Shapes & Beats propose plusieurs modes de jeu. Le premier est une aventure scénarisée mettant en scène votre carré bleu, un grand méchant, ainsi que quelques autres protagonistes. On y retrouve le code couleur du jeu (bleu = gentil, rose = méchant) et des pistes musicales toujours aussi dynamiques. Le mode est assez court mais se suffit complètement à lui-même, une histoire plus longue aurait sans doute été lassante.

Le second mode propose de lancer une partie rapide, seul ou à plusieurs. Celui-ci permet d’enchaîner 2 niveaux suivis d’un boss. C’est devenu mon mode du matin, que je lance pour accompagner mon café et démarrer ma journée avec la patate. En mode rapide, les pistes musicales sont à choisir parmi une présélection de 3, permettant à la fois de choisir une musique en rapport avec mon humeur mais aussi de découvrir plus de pistes. D’autant plus que ce mode propose des sonorités qu’on ne retrouve pas en mode histoire, comme le célèbre thème de Mortal Kombat, mais sans le rire de Christophe Lambert.

Les boss, qu’il s’agisse de ceux du mode histoire ou du mode rapide, sont un peu plus dur que les niveaux et nécessiteront parfois d’apprendre les séquences avant de retenter votre chance. Rien d’insurmontable cependant et le tout reste accessible avec un tout petit peu d’entrainement.

L’arcade dématérialisée

Just Shapes & Beats est un jeu que l’on dévore par petite session, se prêtant ainsi très bien à Stadia. On démarre une partie le matin, à la pause déjeuné ou vite fait en rentrant du boulot. Le tout démarre vite (merci Stadia), on se fait 3 petites piste pour se détendre et l’on peut passer à autre chose (ou retourner bosser), que l’on soit à la maison, au travail ou en déplacement. Le mode histoire s’adressant à ceux qui en veulent un peu plus, ou se réservent des séances de jeu plus longues.

Et vous, qu’avez-vous pensez de Just Shapes & Beats ? Correspond-il à votre façon de jouer, ou préférer vous les aventures longues ? Dites-le-nous en commentaire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :