Wave

17 avril 2020 par

Comment les jeux gratuits Stadia gagnent leur vie

Je ne vous apprends rien en vous rappelant que Google a proposé Stadia gratuitement pendant le confinement, accompagné de 9 jeux offerts, intégrés à l’offre. Si le geste est louable on peut se demander comment les jeux gratuits Stadia gagnent leur vie si l’offre est aussi gratuite qu’elle n’y parait.

Le bouquet de lancement

Je ne connais pas les conditions précises des contrats de Google mais l’on peut facilement supposer que le système économique de base est assez proche de celui du Gamepass de Microsoft. Dans ce modèle, le diffuseur verse une somme conséquente à un studio pour intégrer leur jeu au catalogue du service. Pour prendre un exemple précis, Google a versé une grosse somme à Tequila Works pour pouvoir intégrer GYLT à l’offre Stadia Pro pendant un certain nombre de mois.

Bien entendu tout le monde n’étant pas abonné Stadia Pro, les jeux proposés gratuitement restent aussi disponibles en version payante pour les joueurs n’ayant pas souscrit à l’offre par abonnement. Dans ce cas de figure, Google conserve une part du prix de vente du jeu et reverse le reste au studio. Des conditions particulières peuvent venir influencer ce pourcentage. Pour reprendre l’exemple de GYLT, étant donné qu’il s’agit d’une exclusivité Stadia, Tequila Works à par exemple sans doute négocié une part plus importante, étant donné le manque à gagner en ne sortant pas le jeu chez les plateformes concurrentes.

Les jeux gratuits redevenant, pour la plupart, payant au bout de quelques mois, c’est une combinaison intéressante pour les petits studios, permettant d’assurer un minimum de revenus en plus des ventes du jeu sur le long terme.

Les achats intégrés

Stadia propose aussi dans son catalogue de plus grosses licences, nécessitant des équipes permanentes pour renouveler le contenu du jeu et donc ayant besoin de plus de revenus. Pour ces jeux, l’offre gratuite du Stadia Pro, et la vente de jeux, sont complétés par des possibilités d’achats supplémentaires. On y retrouve 2 grandes familles, les achats intégrés et les contenus additionnels.

Les achats intégrés

Vous connaissez sans doute Candy Crush, bien que le jeu soit officiellement gratuit, il propose d’acheter en interne de petits bonus permettant de progresser plus rapidement. Ce système, assez répandu sur les jeux mobiles, a fini par se faire une place sur les autres supports et Stadia n’échappe pas à la règle. Cependant, à la différence des autres supports, les achats de ce type sont habituellement intégrés au jeu et ne sortent pas du système. En gros lorsque vous achetez un bonus dans Candy Crush, seul son éditeur empoche votre argent et les plateformes intermédiaires ne prennent rien au passage. Chez Google c’est un peu différent puisque l’on peut trouver ces achats supplémentaires directement sur le store de Stadia. Il y a donc fort à parier que Google empoche une commission sur ces ventes, mais à l’inverse la simplicité propre à Google permet d’augmenter les ventes.

Petit exemple, supposons que vous ayez profité de l’offre actuelle pour jouer gratuitement à Destiny sur Stadia. Vous y retrouvez régulièrement vos amis pour jouer, améliorant votre personnage petit à petit. Un objet de personnalisation d’une des boutiques du jeu vous attire, cependant vous ne jouez pas assez pour vous l’offrir tout de suite et, malgré le confinement, vous n’avez pas un temps infini pour jouer (télétravail, vie de famille, etc). Votre téléphone est posé sur la table basse devant vous, à côté de votre café, et vos amis vont vous rejoindre pour jouer d’ici quelques minutes. Vous profitez de ces quelques instants pour lancer l’application Stadia, vous rendre sur le store et achetez 1000 Argentum, vous permettant de vous offrir l’objet qui vous intéresse tant juste avant l’arrivée de vos amis. Après tout le jeu était gratuit, Stadia aussi, vous pouvez bien y mettre quelques euros étant donné le temps que vous y passez.

L’opération est, comme souvent chez Google, d’une très grande simplicité. Et indirectement plus la procédure est simple et plus l’achat est facile lui aussi. La méthode n’est d’ailleurs pas réservée aux jeux gratuits de l’offre Stadia Pro, vous pouvez tout à fait acheter des lingots d’or pour Red Dead Redemption 2, ou encore des VC pour NBA 2K20.

[all4affiliates id=”41372″ title=”Google Chromecast Ultra”]

Comment les jeux gratuits Stadia gagnent leur vie

Ce qu’on appelait les extensions à l’âge d’or du jeu sur PC, plus connu aujourd’hui sous le nom de DLC, sont des éléments venant augmenter la durée de vie d’un jeu. Il peut s’agir de nouveaux costumes, de nouveaux objets, ou plus intéressant, de nouveaux scénarios et nouvelles quêtes pour votre jeu, voici quelques exemples :

  • 55 nouvelles pistes pour Trials Rising
  • De nouvelles missions pour Ghost Recon Breakpoint
  • Des véhicules et des tenues pour The Crew 2

Chaque extension est présentée rapidement via le store de Stadia, on y retrouve le prix, un descriptif du contenu, ainsi que les différents packs auxquels l’extension est déjà intégrée. Une fois de plus l’interface claire et simple de l’application permet de rapidement s’y retrouver pour décider (ou non) de prendre une extension, un pack complet, ou de se suffire au jeu d’origine seul.

Les goodies

Bien que gratuit, les jeux proposés sont de qualité et vous pourriez bien, après la simple découverte, devenir fan d’une licence. Après quelques heures à jouer à Destiny 2, vous aurez peut-être envie de changer votre tapis de souris pour l’assortir au jeu, d’acheter une figurine de l’un de vos personnages préférés, ou encore un T-shirt. L’industrie du goodies est aujourd’hui plus que développée (c’est même ce qui fait survivre Micromania à l’aire du dématérialisé) et vous devriez sans soucis trouver un objet aux couleurs de votre jeu préféré. Si vous n’êtes pas joueur, c’est aussi l’occasion de trouver un futur cadeau (anniversaire, Noël) à vos proches.

Voilà Comment les jeux gratuits Stadia gagnent leur vie ! Et vous, dépensez-vous de l’argent pour du contenu supplémentaire, ou vous contentez-vous des contenus de base des jeux ? Dites-le-nous en commentaires.

Les articles relatifs

Google Stadia lance Party Stream et améliore la diffusion en direct 
Le monde du jeu vidéo est en pleine évolution. Entre le rachat …
6 nouveaux jeux sont offerts pour les abonnés Google Stadia PRO
Le premier jour de chaque mois, c'est un peu la fête pour …

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Soutenir MyChromebook.fr

Chrome Os cache bien des secrets ! L’équipe de mychromebook.fr vous propose des guides d’aide au démarrage et à la manipulation de ce système d’exploitation.

Acheter nos guides

Le CKB SHOW est soutenu par ses auditeurs. Débloquez des avantages et rémunérez L’équipe de Mychromebook pour son travail avec Patreon !

Devenez VIP Tipeee

Découvrez notre podcast

Le CKB Show c'est le podcast qui parle de Chrome OS, de Chromebook et de tout l'univers de Google

1 commentaire(s) au sujet de "Comment les jeux gratuits Stadia gagnent leur vie"

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: