Google arrête les tablettes tactiles sous ChromeOS

Si Google est fort, très fort dans la recherche en ligne et le software en général, la firme de Mountain View l’est un peu moins sur le hardware. Avec le “Made by Google” nous pensions que le géant avait enfin trouvé la recette de la recherche en ligne pour réussir dans le matériel. Les smartphones Pixel, dont le dernier Pixel 3a qui commence à trouver  son public, le Pixel 4 qui attise déjà les convoitises mais aussi les Chromecast et les Google Home montraient que la firme était sur la route du succès. 

Tout avait pourtant bien commencé pour Google, si tous les appareils de la gamme n’ont pas forcément eux le succès escompté, ce n’est pas toujours la faute du produit. 

Google ne sait pas communiquer sur ses produits 

J’ai eu la chance depuis toutes ces années d’avoir accès à un grand nombre d’appareils estampillés Google. Je suis passé par le Nexus 1, 4 et 6 puis j’ai pu acheter le Nexus 7 et enfin la Pixel C. Mais si j’ai eu l’opportunité de me les procurer, il faut avouer que Google n’a jamais rien fait pour m’aider. 

Avez-vous déjà vu une publicité pour un Pixel à la télévision, au cinéma ou sur un panneau 4×3 mètres ou même celle d’un Chromebook ou d’une Chrometab ? La réponse est NON, et c’est à cause de cela que les produits Google ne se vendent pas. Si personne ne sait qu’ils existent personne ne les achètera.

La question serait donc : est-ce que Google veut réellement vendre ses produits ?  

Tablette Pixel Slate
Tablette Pixel Slate

Google et ses partenaires avec Android et ChromeOS 

La firme d’Alphabet est dans une position assez délicate avec ses appareils “Made by Google”. En effet le succès d’Android (propriété de Google) est dû principalement aux différents constructeurs de mobile, tels que Samsung, LG, Huawei. Aujourd’hui des constructeurs comme Acer, Asus CTL, proposent également des tablettes tactile ou des ordinateurs sous ChromeOS. 

Tous ces constructeurs ont su imposer Android et ChromeOS dans le  monde entier et c’est à cause de ces partenariats que Google ne promeut pas ces produits. Cela reviendrait à faire de la concurrence à ses propres alliés et perdre de précieux soutiens à ses OS.

 L’abandon par Google des deux tablettes sous ChromeOS

Confirmé au ComputerWorld , Google annonce l’abandon de deux tablettes en cours de développement au début de cette semaine. La nouvelle aurait été confirmée aux employés lors d’une réunion interne mercredi et les personnes affectées aux projets maintenant abandonnés passeront à d’autres tâches. 

Mais Google ne va pas pour autant mettre au rebut les tablettes ChromeOS, c’est Rick Osterloh, Vice-président principal, Appareils et services @Google, membre du conseil d’administration qui l’explique sur twitter :

Évidemment Rick Osterloh tente, avec cette déclaration, de rassurer tous les entités travaillant sur les tablettes ChromeOS telles que les constructeurs, les entreprises, ou encore l’éducation, en assurant que  » les équipes Android et Chrome OS s’engagent à 100 % à travailler sur le long terme avec nos partenaires sur des tablettes pour tous les segments du marché. « 

Le “Made By Google” pourrait faire recette, mais la position délicate du géant de la recherche l’oblige à rester discret et ne dévoile que rarement ses appareils, pas pour être vendu mais plus comme une preuve de concept et une ligne directrice donnée à ses partenaires. Lorsque Google n’est pas mise en concurrence avec ses partenaires, ses appareils deviennent de véritable succès,  nous le voyons avec les Chromecast qui ne cessent de gagner du terrain et les produits Nest.

Bref, Google abandonne donc pour le moment la commercialisation de nouvelles tablettes tactiles, mais reste focalisée sur Android et ChromeOS. Google n’abandonne pas le marché du tactile, la firme de Cupertino va évidemment toujours travailler son OS pour que celui-ci soit toujours performant et prenne place au côté de géant du secteur Apple et Microsoft . 

Est-ce que l’abandon de la section hardware pour tablette de ChromeOS vous fait redouter le pire ou que cela n’a pas d’importance pour une appropriation de la marque par le grand public ? Donnez-moi votre avis, posez-moi vos questions dans la suite de cet article à travers vos commentaires.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Participer à la réussite de Mychromebook en nous soutenant financièrement sur Tipeee

3 réflexions au sujet de “Google arrête les tablettes tactiles sous ChromeOS”

  1. En stoppant tous leurs services au fur et à mesure de leurs avancées technologiques, je trouve qu’ils donnent une mauvaise image. La plupart des gens ne retiendront que Google lance des services et qu’ils les arrêtent du jour au lendemain, ils oublieront que des nouvelles fonctionnalités ont été intégrées dans les applications phares.

    • Oui c’est toujours étonnant ces arrêts brutaux, mais je pense que Google teste des nouvelles solutions dans des applications tierce pour ne pas « Casser » celles qui fonctionnent pour ensuite intégrer les nouveautés ( voir Google map qui gagne le compteur de vitesse, et la VR…. )

  2. C’est bien dommage je trouve. La Google Slate pouvait vraiment (à mon sens) être le parfait compagnon idéal pour les travailleur « nomad » comme peux l’etre une Surface pro et comme le sera d’ailleurs les Ipads avec « enfin » un os dédié: IpadOs…
    Je penses même que chromes Os avait toute sa place dans ce genre de hardware… Mais bon, je ne suis pas à la te de la stratégie hardware de Google et ils ont surement de bons arguments (prochaine hardware avec Fushia???) pour aller dans ce sens…….
    N’empeche qu’en voyant Apple creer Ipad Os, on peux se demander si il y a encore un marché pour les tablettes (productives)??

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Item added to cart.
0 items - 0,00
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :