Wave

7 août 2021 par

Une certaine idée de l’informatique avec Chrome OS

J’habite une de ces régions ou il fait bon venir en vacances, mais pas plus. On a connu certains habitants qui l’hiver, de désespoir se sont jetés du haut des clochers. Bref, c’est une région rude ou il fait pourtant bon y vivre. C’est le Morvan et j’ai le plaisir d’avoir une habitation située presque en son milieu. Autour de la maison que j’habite, l’horizon montagneux est barré par les cimes des arbres ou alternes conifères et autres feuillus. Dans ces lieux verts toute l’année, je vis avec deux “poilus” plus exactement deux chiens Bergers Australiens qui demandent beaucoup d’exercice. C’est lors de l’une de ces balades qu’il m’est venu ma réflexion que je vous livre sur une certaine idée de l’informatique avec Chrome OS. 

Le dernier pas de l’homme 

L’être humain a depuis quelques millénaires avancé à grands pas, si on peut le dire ainsi. Pensez donc, il est passé d’un abri dans une grotte à des immeubles qui touchent le ciel. Il a su défier l’attraction terrestre et il est même capable d’aller sur la Lune et bientôt sur Mars. Dans le même temps, il est passé du boulier à une informatique qui lui permet autant de prévoir la météo que de découvrir de nouvelles galaxies. Si hier il ne savait pas lire, aujourd’hui l’ordinateur lui permet de comprendre et de parler une langue étrangère.

 

Comment traduire un texte ou un document avec les outils Google

Google Assistant nous aide dans la traduction d’une langue étrangère

Tout cela à un prix. Un coût humain puisque des hommes meurent à la recherche de minerais rares permettant de faire fonctionner les ordinateurs, comme un prix écologique depuis que l’ère industrielle s’est mise en place. Une industrialisation à marche forcée ou le prix de l’homme valait parfois moins que ce qu’il produisait. Il a été créé des machines à vapeur, pour passer à celles fonctionnant à l’électricité, puis au nucléaire. On a inventé de nouveaux moyens de locomotion toujours plus polluants et ayant un temps de vie limité. On a rejeté sans compter autant sur les continents que dans les mers et dans le même temps il a été mis en place une industrie du déchet permettant ainsi à une population dite misérable d’en vivre. L’homme n’est pas devenu plus intelligent, mais grâce au dernier outil qu’il a créé il a pu devenir plus instruit. Je veux bien sûr parler de l’Internet. 

[all4affiliates id=”38906″ title=”Acer Chromebook 514″]

En un peu plus de vingt ans, l’Internet est passé d’un nom méconnu à quelque chose qui est synonyme de communication. On dit “j’ai été sur l’Internet” alors qu’on a visité un site web et certains pensent que le réseau s’arrête à Facebook. Cette méconnaissance permet tous les abus de la part de malfaisant tandis que d’autres usent de subterfuges pour rançonner des créateurs. Si hier, ceux que l’on appelait des chauffeurs brulaient les pieds de particuliers pour savoir ou ils cachaient leurs ors, aujourd’hui les voleurs sont à des milliers de kilomètres. Les dégâts sont les mêmes qu’hier, mais aujourd’hui les victimes ne savent pas qui sont les bandits. 

La course à la puissance

Aujourd’hui nous voulons que tout aille plus vite, l’information comme pour se déplacer. Comme une sorte de peur de rater quelque chose. On ne court pas après le temps, mais après l’information si on ne l’a pas créé. L’Internet permet cela et donne à chacun de nous la possibilité d’être célèbre même un quart d’heure dans notre vie. Une telle débauche d’informations a pourtant un coût. Il est consommé, en effet, entre 10 et 15% de l’électricité mondiale rien que pour envoyer un coucou à un ami ou simplement un courrier électronique. Pourtant, nous ne sommes qu’au début d’une débauche de consommation électrique, au vu des appareils électroniques et communiquant de plus en plus nombreux qui nous entourent. 

Le Wifi 6 est officialisé par la Commission européenne

Encore plus d’appareils sans fil qui pourrons communiquer

Selon Google nous sommes actuellement plus de cinq milliards d’utilisateurs de l’Internet. Un tel chiffre montre à quel point nous sommes devenus non plus acteurs, mais esclaves de cet outil informatique.  C’est donc aujourd’hui que nous devons décider de ce que nous allons offrir comme espace de vie aux générations futures. En effet, au rythme ou nous consommons la communication, il arrivera un moment ou notre environnement ne pourra plus nous permettre d’avancer. Fini les terres rares pour les ordinateurs, des déchets toujours plus nombreux qui pollueront nos espaces, une communication qui sera trop envahissante et puis… un environnement qui deviendra agressif par le biais d’une pollution toujours plus prenante. 

Google a une carte à jouer

La firme de Mountain View est un des acteurs majeurs de la communication dans le monde. Autant par les outils que les moyens qu’elle propose. Il est ainsi possible d’élaborer un document via ses web applications, mais aussi de faire transporter un fichier d’un bout à l’autre de la planète avec la garantie qu’il soit préservé. La communication par vidéo interposée a su prendre une place importante suite aux confinements du au Coronavirus. Mais, comme je le disais cela à un coût énergétique. Ainsi, en 2016 selon les derniers chiffres connus, les 182 centres de données situés dans l’hexagone consommaient déjà 8% de la consommation électrique nationale. 

L’accessibilité pour tous dans Google Meet

Pouvoir communiquer en toute sécurité

En utilisant Chrome OS qui est tributaire des data center donc du cloud, on se trouve pris entre deux contradictions. D’un côté on veut avoir, mais aussi sauvegarder des données et de l’autre on sait pertinemment que cela à un coût pour notre environnement.  Chrome OS étant l’un des systèmes d’exploitation grand public les plus légers au niveau espace disque, il va donc falloir que Google réfléchisse à une autre manière de distribuer l’information. Si jusqu’à présent, les principaux centres de données sont repartis que sur quelques points de chaque continent, il va lui falloir revoir sa copie et proposé des centres de données au plus prêt des consommateurs. Un peu à l’image de la société Netflix avec les CDN (Content Delivery Network). 

Regarder Netflix à distance avec vos amis avec Chrome et Chromebook

Entre ensemble tout en étant à distance raisonnable

Le principe est simple : quand vous appuyez sur la touche Play après avoir choisi votre film, le fichier que vous allez voir n’est pas sur les serveurs de la société, mais directement implanté chez votre FAI. Ainsi, le flux part directement de votre fournisseur à l’Internet pour arriver chez vous sans avoir auparavant traversé soit une partie de l’Europe ou mieux l’Océan Atlantique. Ces serveurs installés par l’opérateur de SVOD appelés aussi en interne OCA pour Open Connect Appliances, permettent dans l’instant la réponse à l’appui sur la touche de votre télécommande. Si Netflix peut répondre si facilement à votre demande, c’est qu’à partir de la lecture des données que vous lui transmettez à chaque visite sur son site, il peut anticiper quels films vous allez apprécier et lequel vous allez avoir envie de regarder. Il ne lui reste plus à partir de ces informations, à vous proposer le film que vous recherchez mis bien sûr en avant et que vous pourrez visionner dans l’instant. Film qui aura été envoyé auparavant sur le serveur de votre FAI.

Sur ce même principe alliant proximité de l’information et connexion rapide, Google a une carte à jouer pour permettre autant à l’utilisateur de trouver ce qu’il désire dans l’instant, mais aussi assurer une certaine économie de nos ressources naturelles. Bien sûr, chaque copie locale serait dupliquée sur des serveurs plus importants permettant ainsi d’avoir une sauvegarde de l’information. 

Une certaine idée de l’informatique avec Chrome OS

C’est parce que Chrome OS est un système d’exploitation ayant besoin du cloud pour fonctionner que Google doit pouvoir distribuer de manière plus écologique les données que nous consommons sans retenue. Le temps presse et la planète se réchauffe, pourtant nous communiquons toujours plus entraînant par là-même une consommation toujours plus importante des énergies autant fossiles que nucléaires. Google a donc comme je disais une carte à jouer alors que les autres éditeurs sont encore cloisonnés dans un système qui passe d’abord par l’ordinateur. 

Est-ce que d’après vous Google doit rapprocher au plus prêt du consommateur ses serveurs ou pensez-vous qu’il y a d’autres solutions ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Soutenir MyChromebook.fr

Chrome Os cache bien des secrets ! L’équipe de mychromebook.fr vous propose des guides d’aide au démarrage et à la manipulation de ce système d’exploitation.

Acheter nos guides

Le CKB SHOW est soutenu par ses auditeurs. Débloquez des avantages et rémunérez L’équipe de Mychromebook pour son travail avec Patreon !

Devenez VIP Tipeee

Découvrez notre podcast

Le CKB Show c'est le podcast qui parle de Chrome OS, de Chromebook et de tout l'univers de Google

2 commentaire(s) au sujet de "Une certaine idée de l’informatique avec Chrome OS"

  1. Très bel article qui pose des questions pertinentes et auxquelles il va falloir effectivement apporter des réponses. Rapprocher les supports de données des utilisateurs semblerait devoir devenir nécessaire à moins que d’autres solutions matérielles n’apparaissent rapidement.

    1. merci d’avoir pris le temps de lire cet article comme de donner votre avis tout en posant la question qui est “Comment allier l’emploi de l’Internet et protection de notre environnement ?”. Car l’outil de communication électronique est devenu obligatoire dans notre vie de tous les jours, alors comment pouvoir continuer à l’utiliser tout en préservant l’air, la terre comme l’atmosphère pour nos descendants ? Il faut se poser la question aujourd’hui, sinon demain nos enfants vont nous haïr !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: