résumé de la semaine

Une semaine tête de chien, jeux de vilains en compagnie de Google

Stadia Logo

« Le samedi c’est permis ! » A la rédaction du site, nous avons décidé de vous proposer notre newsletter hebdomadaire dans ce format. Pourquoi ? Tout d’abord, pour ne pas vous encombrer avec un énième email et aussi nous permettre de casser les codes habituels de présentation de la semaine.
Pour ce premier numéro nous nous intéressons à  Electronic Entertainment Expo dit aussi E3. Lors de cet événement les joueurs de jeux vidéos étaient « aux anges ». En effet, avec les différentes annonces lors de l’E3 par Google avec Stadia, Ubisoft et autres, ils sont certains de pouvoir trouver bientôt des jeux hors normes. Des pistes et des informations tout au long de cette newsletter du samedi.

Les articles de la semaine

Le dossier de la semaine : Le jeu vidéo et les Chromebook

Les Chromebook ne sont pas réputés pour être des foudres de guerre, mais bien des petits appareils pour les étudiants, les professionnels de la prise de notes ou les génies du tableur. Cette semaine, l’E3, le salon international du jeu vidéo, vient d’ouvrir un nouvel horizon à nos Chromebook avec l’arrivée de Google dans le Cloud Gaming avec Stadia. Mais saviez vous qu’il n’est pas nécessaire d’attendre Novembre 2019, date de sortie officielle de l’offre de jeu en ligne du géant de la recherche pour commencer à jouer sur Chromebook ?
Je vous donne ici les clefs pour jouer sur ChromeOS et sur Chromebook. Il existe deux types de joueurs de jeu vidéo au monde. Les pro PC qui ne jurent que par leur clavier et leur souris et les aficionados de console de et manette.
 

Comment connecter une manette de jeux sur un Chromebook ?

ChromeOS est Plug and Play, comprenez qu’il suffit de brancher un appareils pour qu’il soit automatiquement reconnu. Alors si vous avez une vieille manette de jeux Xbox filaire, insérez là dans le port USB de votre choix pour qu’elle soit automatiquement prise en compte par l’appareil.  Si vous ne voulez pas vous encombrer de fil, vous pouvez aussi connecter en Bluetooth une manette SteelSerie.
Comme Google se lance dans le jeu vidéo, il nous propose évidemment d’acquérir le pack  Founder’s Edition de Stadia comprenant une manette et une clé Chromecast Ultra.

Comment connecter un Clavier Gamers sur votre Chromebook ?

Comme pour raccorder une manette, il est tout à fait possible de raccorder un clavier externe, soit en Bluetooth soit en USB. Ainsi vous pourrez utiliser votre superbe Clavier Gaming Roccat Vulcan 120 à rétroéclairage AIMO

Ou trouver des jeux pour Chromebook ?

C’est le moment de passer dans le vif du sujet. Quels jeux et où les trouver ? Depuis que les Chromebook ont accès au Google Play Store, le grand magasin d’application pour Android, les Chromebook ont pris une autre dimension pour les joueurs. Vous pouvez donc jouer à des Battle Royal type PUBG ou encore des jeux de course comme Asphalt 9.
Dans la même veine, Google a ouvert le portage des applications Linux pour Chrome OS et comme une nouvelle n’arrive jamais seule, je vous propose d’installer la célèbre plateforme en ligne de jeu vidéo: Steam, ainsi à vous les Minecraft et autre Fortnite.
Seul défaut de ces deux solutions, les jeux seront stockés directement sur la mémoire SSD du Chromebook.

Le Cloud Gaming à la rescousse

C’est en cela que l’E3 est une véritable bouffée d’air. En effet Google propose avec Stadia la possibilité de jouer à des jeux stockés sur ces serveurs distants sans tourner sur nos Chromebook, ainsi pas d’occupation de place sur le disque dur, ni ne problématique de puissance de la machine, car Google s’occupe de cela chez lui.
Il vous est offert soit de prendre l’abonnement Stadia Pro à 9€99 et avoir accès à un catalogue de jeux offerts ou Stadia de base gratuit, mais sur lequel vous devrez payer vos jeux. Toujours lors de l’E3, Ubisoft a déclaré que son offre Uplay+ qui ouvre un catalogue de plus de 100 jeux inclus sera évidemment ouverte à Google Stadia. Bonne nouvelle pour les gamers.
Mais il n’y a pas que Google qui permet le cloud gaming sur Chromebook, nous vous avions parlé du français Shadow qui, moyennant un abonnement, permet d’accéder à un ordinateur Windows à distance sur lequel vous pouvez évidemment installer des jeux. Il ne faudrait pas oublier Vortex proposant une belle plateforme fonctionnelle de jeux vidéo sur ChromeOS.

Les bonus :

Et oui je ne peux pas clore ce dossier sans vous parler des petits jeux sympas qui tournent directement dans le navigateur de votre Chromebook. Vous avez aimez Doom, alors vous aimez Quake 3. Lancez simplement le navigateur sur la page et jouez avec votre clavier. Si vous êtes avec des amis en ligne, lancez agar.io, et incarnez une bulle qui va grossir jusqu’à englober toutes les autres..
Voilà, vous savez tout. Amusez-vous bien…

Les articles de la semaine (suite)

Les potins de la semaine que nous n’avons pas traité et s’est bien dommage, mais nous vous en parlons quand même !

Mozilla s'achemine vers un ensemble de services payants pour Firefox

L’argent étant le nerf de la guerre, la fondation Mozilla éditeur du navigateur Firefox a décidé de mettre en place d’ici la fin de l’année une offre premium.
Il sera proposé à travers un abonnement payant une série de fonctions supplémentaires par rapport au  navigateur de base. Lesquelles ? Aucune information à ce sujet mais il est sûr que d’autres éditeurs risquent fort de proposer prochainement un tel type de produit avec abonnement…. En savoir plus.

Lilium installe sa base d’ingénierie à Londres pour ses taxis volants

La société munichoise Lilium a décidé d’installer sa base d’ingénierie à Londres pour ses taxis volants. En effet elle considère que c’est à partir de cette ville qu’elle pourra attaquer le marché du cab volant. 

Très optimiste, Lilium table pour l’année 2025 pour faire voler ces drôles de machines sans conducteur. Il faut dire qu’en mai dernier, elle avait annoncé avoir réussi à faire voler avec succès cette future déclinaison du taxi sans roue….En savoir plus.

 

Pourquoi Google installe un deuxième centre de données dans une petite ville de Finlande ?

Google ayant de plus en plus besoin de data center, elle a décidé d’en construire un nouveau en Finlande. Ce sera le deuxième qui sera implanté dans la petite ville finlandaise d’Hamina. Elle dépensera 668 millions de dollars pour un très très grand hangar, des tuyaux avec des serveurs en batteries. 
Hamina est attrayante, car elle offre une main-d’œuvre hautement qualifiée et expérimentée en technologies, de fortes incitations fiscales et un accès à une grande quantité d’eau de mer froide. Google utilise l’eau de mer du golfe de Finlande pour le système de refroidissement qui maintient les températures au centre de données, et le second centre utilisera probablement le même système….En savoir plus.

Google Duo 55 prépare les rappels de rappel, en envoyant des vidéos / photos à partir de la pellicule

Rien de plus énervant d’effectuer un appel avec Duo et que la personne ne vous réponde pas. Enervant car parfois cela peut être urgent et puis surtout, il peut arriver que vous oubliez de recontacter votre correspondant. Cela risque de changer, car prochainement il vous sera possible de définir une date et une heure d’un appel ultérieur. De plus, une extension est prévue permettant de choisir des photos se trouvant dans votre appareil photo sans que vous ayez besoin de les enregistrer.En savoir plus.

Les pays du G20 vont mettre fin aux optimisations fiscales

Dans la série les GAFAM ont de l’argent, alors autant en profiter, les pays du G20 vont mettre fin aux optimisations fiscales. Le protocle qui sera signé en 2020 obligera ces sociétés à payer dans le pays d’implantation les impôts. Il ne sera donc plus question de se trouver une « cachette dorée » permettant d’en payer moins….En savoir plus.

A Toronto, la « ville Google » en quête d’une gouvernance de ses données numériques

Une ville reste une ville, mais la cité Google n’est pas une ville ordinaire. Ce laboratoire de la smart city futuriste et résiliente est truffée de capteurs et pilotée à l’aide des données numériques de ses habitants. Mais ces derniers mois ont aussi vu monter d’un cran la défiance des habitants et des élus. Au sein de Waterfront Toronto, l’organisme public qui regroupe la province, la ville et le gouvernement canadien, les démissions se sont enchaînées. En cause, la gouvernance de l’infrastructure numérique qui prévoit un maillage serré d’une vingtaine de types de capteurs, collectant données publiques et privées, nécessaires au fonctionnement de la ville…..En savoir plus.(abonné)

Voilà c’est fini. Passez un bon week-end et n’oubliez pas….. à la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.