Il y a un truc qui cloche chez Google

J’aime utiliser les produits Google, autant les applications que le hardware qu’elle propose sur ses stores. Ce n’est pas qu’une question de passion. C’est simplement que je trouve que l’interconnexion, d’autres diront l’écosystème, fonctionne très bien et permet ainsi d’avoir en temps presque réel toutes les informations à jour. Cela concerne autant les applications que les produits comme les smartphones, bornes Wifi et tant d’autres. Mais il y a un truc qui cloche chez Google, cela concerne la communication. Attention, pas la publicité vantant ses produits, non celle permettant entre deux personnes de discuter via une appli de tchat. Ce n’est plus la Berezina, c’est pire, c’est le désert des tartares tout simplement.

Il y a un truc qui cloche chez Google

Google a un souci important vis-à-vis de ses utilisateurs : il ne propose pas un vrai service durable de communication de tchat. Pourtant, il aura tout essayé. Rappelez-vous Google Plus, Google Hangouts; Google Talk, mais aussi Meebo et quelques autres.
Aujourd’hui, il ne propose vraiment rien d’intéressant. La preuve avec Google Duo ou Google Meet, qui ne sont pas tournés vers la discussion instantanée par clavier interposé. Je dirais presque qu’il en est de même de Messages, une application installée d’office sur les smartphones sous Android. Elle pourrait plaire, mais comme d’habitude la firme de Mountain View ne la met pas en valeur, comme si une telle démarche n’était pas dans l’essence même de la société. Elle fonctionne même très bien sur les Chromebook et preuve en est nous vous proposons un guide d’utilisation de cette application.
Pour revenir à nos moutons si vous permettez l’expression, Google semble une fois de plus, vouloir fermer une porte de communication qui portant fait les beaux jours d’applications comme Messenger ou Tik Tok.

Il y a un truc qui cloche chez Google

Le club des cinq

A ce sujet arrêtons un instant sur l’interdiction d’utilisation de cette application, mais aussi de Webchat dont les utilisateurs se compte en milliard et qui sera effectives aux Usa à partir du 20 septembre. Elle pourrait permettre à Google de “respirer” en quelque sorte et revenir sur le devant du marché de la communication instantanée ne serait-ce qu’aux États-Unis. Mais saura-t-elle en profiter ? J’en doute ! Concernant cette interdiction, elle pourrait s’étendre aussi à des pays comme le Royaume-Uni, l’Australie, Le Canada et la Nouvelle-Zélande. En effet, l’ensemble fait parti comme l’avait en son temps dénoncé E. Swoden, d’une sorte d’une agence de renseignement supranationale qui ne répond pas aux lois de ses propres pays membres, appelés aussi Five Eyes. Chacun des dirigeants de ces agences, à un poids important pouvant faire pression sur les politiques dans la direction prise par les États-Unis dans le blocage de ces deux applications qui je le rappelle sont Chinoises. Il ne serait donc pas exclu que dans les semaines à venir, l’interdiction soit effective pour les autres pays cités, comme ceux faisant partie de l’Europe. Rappelons-nous qu’actuellement, Union Européenne veut se présenter face à la Chine de manière forte et n’accepte plus de dire oui aux demandes chinoises.
Alors même si l’Angleterre, suite au Brexit, est actuellement à rechercher une sortie en sa faveur, les relations entre les différents services de renseignements continuent d’exister, mais surtout ils se sont amplifiés suite à des attaques informatiques ayant touché différents services étatiques de pays européens dont la provenance chinoise ne fait aucun doute

Google est-il anti-social ?

Alors qu’est-ce qui fait que Google ne propose rien si ce n’est que des trucs qui fonctionnent sur trois pattes et encore ?
Je pense tout d’abord et même si cela peut paraître étonnant, que Google n’a pas la fibre sociale, comme on peut l’entendre dans la communication. On le voit à travers les différentes applications qu’elle a proposées précédemment. Malgré la communication publicitaire mise en place, malgré son poids technologique, à chaque fois, elle s’est engagée dans des voies de traverses ou cela a fini à la décharge. À chaque fois, le truc où le machin semble au point, mais au fil de l’emploi on s’aperçoit qu’il est mal fichu ou simplement elle l’abandonne à sa belle mort. Je pense par exemple à Hangouts, permettant autant la discussion instantanée, la vidéoconférence que l’appel téléphonique.
À la décharge de Google, il ne faut pas oublier que l’on peut retrouver des parties d’une application qui a fini au cimetière des éléphants, dans une autre dont la fonction permet avec ces ajouts d’avoir une valeur ajoutée plus importante.

Google a-t-il la fibre social network ?

Alors pourquoi Google échoue-t-il dans le social network comme la très bien conçut Facebook et autres ?
Simplement l’essence même de cette société n’est pas la mise en relation entre deux personnes et plus pour ne serait-ce discuter, mais simplement apporter à la demande l’information demandée. La démarche n’est pas la même vous en conviendrez. D’un côté nous avons un produit charmeur ayant comme attributs de vous envoûter pour que vous ne le quittiez plus, de l’autre un résultat sec et sans analyse puisqu’émanant d’une machine. Alors même si aujourd’hui des centaines de millions de personnes utilisent le moteur de recherche Google pour ses résultats pertinents et actualisés en temps réel, la douceur, mais surtout l’envoûtement d’un espace où on peut discuter prend le pas sur l’austérité des lignes d’informations.

Il suffirait selon moi de peu pour que la firme de Mountain View devienne leader dans la communication sociale, mais de le devenir ne lui fait-elle pas peur ? On peut l’imaginer, car elle serait alors considérée comme ayant une trop grande emprise sur nos vies à tous les instants. Alors volonté délibérée de sa part de mal faire, pour justement de ne pas être accusée d’”hégémonie” ou simplement incapacité de trouver la bonne formule ? Je vous laisse trouver la bonne réponse, mais en tout cas, il est bien dommage que Google n’ose pas ! Un jour peut-être !


Sinon, vous avez pu lire cette semaine sur le site de mychromebook, la manière de connecter et activer la synchronisation d’un compte Google, découvrir X-Cloud de Microsoft, un futur sérieux concurrent à Stadia, mais aussi Phone HUB Android dans ChromeOS. Nous étions le vendredi tandis que le jeudi, vous avez pu apprendre que Google se prépare à dissocier les mises à jour de Chrome des mises à jour de Chrome OS, comme de savoir comment connecter une souris sur son Chromebook mais aussi savoir comment changer la langue du clavier de son Chromebook. Comment ? Comment, tout simplement pour le jeudi. Le mercredi il a été poser la question de savoir ce que permet la synchronisation avec Chrome ? mais aussi comment installer une logithèque Linux sur ChromeOS et Chromebook. Le même jour ou la veille, vous avez pu assister à la découverte de la version Pro de IFTTT. Une révolution ? Sûrement. Ensuite ? Ah …..vous avez tout compris sur les fonctionnalités d’accessibilité d’un Chromebook comme vous avez compris et acheté des ChromeCast car [Promotion] Sabrina fait chuter le prix de la Chromecast Ultra. On a terminé enfin avec comment accéder aux fonctionnalités d’accessibilité sur un Chromebook et bien sûr pour ne pas laisser de côté les forts en mathématiques, nous avons été nous plonger dans la Mécanique quantique : Tome 1, Fondements et premières applications.

Pour finir, comme chaque samedi, le traditionnel morceau de musique qui vous emmènera nous en doutant pas vers un merveilleux week-end.

Voilà c’est fini. Passez un bon week-end et n’oubliez pas….. À la semaine prochaine.


Soutenez le podcast et Mychromebook !

Le CKB SHOW est soutenu par ses auditeurs. Débloquez des avantages
et rémunérez Nicolas pour son travail avec Tipeee !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

1 réflexion au sujet de « Il y a un truc qui cloche chez Google »

  1. Google est anti social c’est vrai, tout comme ses fans les plus fidèles et comme on l’a vu à la fermeture de Google Plus, nous envoyer sur Facebook , Instagram ou Twitter est une grave erreur, car on est nombreux à plutôt éteindre son smartphone que de lire un Tweet.
    Google assume toi et propose nous enfin ce que l’on attend !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00
%d blogueurs aiment cette page :

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :